Loading. Please wait...

Catégories

Tags

Temple Sleep / Old Joy

Sacred speed

Deux mouvements vers l’extérieur, deux tentatives de salvation par le contact avec la nature, Temple Sleep et Old Joy sont deux invitations à l’introspection sur bobines de 16 mm.

Pendant le premier confinement, Nathaniel Dorsky trouve refuge auprès des bassins de pêche à la mouche du Golden Gate Park, 412 hectares de verdure aménagée pour les habitants de San Francisco. Un peu plus haut, en Oregon, Kelly Reichardt filme deux amis de longue date, Kurt et Mark, qui partent randonner ensemble mais peinent à retrouver les Bagby Hot Springs et leur complicité d’antan.

Bien que qualifiés d’indépendants, ces deux cinéastes sont tributaires d’un système industrialisé dont ils se démarquent en revendiquant un rythme particulier, une présence au monde qui offre le temps au spectateur de réellement voir et apprécier ce qui lui est montré. 

Old Joy réalise un mouvement subtil entre Portland et la forêt de l’Oregon, véritable territoire de cinéma pour la réalisatrice, et nous propose une expérience sensuelle et apaisante similaire à celle de ses personnages. Presque comme une réponse aux plaintes de ces derniers : « il n’y a plus de vrai silence aujourd’hui », arrive le film de Nathaniel Dorsky et sa « quiétude éthérée »1En référence aux propos de Kurt au sujet des Bagby Hot Springs dans le film : « It has this otherworldly peacefulness about it […] Cause you can’t… You can’t get real quiet anymore. ». Filmant les oscillations rythmiques de la lumière sur la surface de l’eau ou les corps de ses amis, le cinéaste invite le spectateur à la méditation, par une projection silencieuse à 18 images/seconde et un montage qui tend à l’épuisement du plan.

La nature est là, elle existe et nous préexiste, possède une beauté et un calme que les temporalités particulières de ces deux films nous permettent d’expérimenter pleinement.

Dalva Deshogues
Old Joy - bande annonce
  • 1
    En référence aux propos de Kurt au sujet des Bagby Hot Springs dans le film : « It has this otherworldly peacefulness about it […] Cause you can’t… You can’t get real quiet anymore. »
Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires
X