Loading. Please wait...

Catégories

Tags

Woman at War / Femmes rurales en mouvement

Écoféminisme

Halla est une femme dynamique d’une cinquantaine d’années, très occupée dans la petite ville islandaise où elle est cheffe de choeur. Bien que sans partenaire, elle a également le projet d’adopter un enfant ; et d’ailleurs la réponse qu’elle n’attendait plus à sa demande d’adoption lui parvient enfin : elle va devenir mère d’une jeune ukrainienne. Derrière cette vie très rangée se cache cependant une mystérieuse guerrière. Halla se bat secrètement contre une multinationale de l’aluminium qui étend son implantation sur les terres d’Islande. « Artémis moderne, protectrice des contrées vierges et du monde sauvage », comme la décrit le réalisateur, elle ne dispose – comme la déesse – que de son arc pour défier le conglomérat, dont le talon d’Achille des infrastructures sont les lignes à hautes tensions, suspendues à travers le territoire. A elle seule, elle parvient pourtant à gêner cette extension et le développement du consumérisme.

Le combat de Halla pour adopter seule un enfant et pour empêcher la dégradation de son envirronnement, sont en fait deux facettes d’une même lutte : exister dans une société dominée par les hommes dont les conceptions mercantiles conduisent à la destruction de la planète. Le rapprochement sous-jacent entre la mère et la terre, toutes deux nouricières, est évident. C’est la nature, l’engendrement de la vie qu’il s’agit de préserver.

C’est d’ailleurs plus largement le diagnostique que dresse l’écoféminisme : il y a une conjonction de causes à la situation des femmes dans le monde et à aux multiples désordres de notre environnement, le patriarcat, raison pour laquelle s’unissent féminisme et écologie.

Le documentaire Femmes rurales en mouvement réalisé par Héloïse Prévost, doctorante en sociologie, et les femmes du Mouvement des travailleuses rurales du Nord-Est du Brésil, donne la parole aux femmes. Elles racontent leur combat pour transformer la société par le biais du militantisme féministe et agroécologique. Lutter collectivement contre l’agro-capitalisme, « l’alliance économique, politique et agricole » que décrit Héloïse Prévost, dans le cadre de la coopérative qu’elles ont créées à cette fin, leur aura simultanément permis de dégagaer leur terre des techniques polluantes agro-industrielles, de s’affranchir du joug des consortiums agricoles locaux et de se repositionner comme femme dans la société en conquérant une identité et une liberté nouvelle.

Yunés Calore et Grégoire Quenault
WOMAN AT WAR - Bande Annonce
Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires
X