Loading. Please wait...

Infos détaillées

KRISTALLEN EN KLEUR
1935 -
7'
RéalisationJan Cornelis Mol
ARAYA
RéalisationMargot Benacerraf
Scénario
Musique
Image
Avec
Fiche IMDB
Projection Cinéclub12/10/2022 à 12h45

Catégories

Tags

Kristallen en Kleur / Araya

Cristallisations

Des salines d’Araya, péninsule caribéenne au nord du Venezuela, aux expérimentations minérales microcinématographiques de J.C. Mol ; la cristallisation est ici explorée en tous sens. Cristallisation de concrétions inorganiques chez Mol, et plus spécifiquement du sel dans Araya – l’une des plus anciennes de la physique –, mais aussi cristallisation d’une situation figée dans le temps, où des gestes séculaires accompagnant le mouvement infini de la nature finissent fixés dans les sels d’argent.

A la fin des années 1950, Margot Benacerraf tombe amoureuse des gens et de la région d’Araya. Elle décide d’y faire son premier long-métrage, récompensé à Cannes lors de sa sortie en 1959 par le Prix de la CritiqueAraya c’est un paysage érodé, des terres arides balayées par le vent sous une lumière implacable et brutale, là où des hommes et des bêtes s’accrochent au sol pour survivre, le tableau d’un quotidien qui dure depuis 450 ans et qui, avec l’arrivée de l’industrialisation est à l’aube d’un changement. « Le film, depuis les premières images, conduit le spectateur dans un univers de rare beauté : où la vie est née du ciel et de la mer, où la nature est créée et recréée par un mouvement sans fin et sans cesse renouvelé »1LE ROY Eric, « Araya, l’enfer du sel », in Journal of Film Preservation, avril 2012, N°86, pp.153- 156, FIAF. Ce film est le portrait poétique, filmé dans un noir et blanc saisissant, de trois villages, de trois familles, durant 24h : une journée comme toutes les autres.  

Mis en regard, les films de Mol et de Benacerraf entrent en résonance ; films rares (peu distribués), novateurs, lançant pour le premier le coup d’envoi du cinéma dit scientifique et pour le second la vague créatrice du Nouveau Cinéma Latino-Américain. Ils nous plongent tous deux dans un vertige, celui des échelles de la nature : « la sensation précise et inconnue que le monde microscopique qui est représenté devient quelque chose d’énorme, dont on n’aurait même pas pu rêver. (…) L’intention l’emportera alors tout à fait sur la nature et le documentaire deviendra une libre composition »2M. TER BRAAK, « ‘‘De absolute film’’ », Monografieen over filmkunst, N°8, Rotterdam, 1931, p. 9. In BERNABEI Maria Ida, « Studios, Ligues, Societies : programmer le film scientifique dans les salles d’avant garde », in 1895, juin 2016, N°79, pp.32-49, AFRHC.

Avril Guigue – Ortiz
ARAYA trailer
  • 1
    LE ROY Eric, « Araya, l’enfer du sel », in Journal of Film Preservation, avril 2012, N°86, pp.153- 156, FIAF
  • 2
    M. TER BRAAK, « ‘‘De absolute film’’ », Monografieen over filmkunst, N°8, Rotterdam, 1931, p. 9. In BERNABEI Maria Ida, « Studios, Ligues, Societies : programmer le film scientifique dans les salles d’avant garde », in 1895, juin 2016, N°79, pp.32-49, AFRHC
Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires
X