Loading. Please wait...

Infos détaillées

Memorias del subdesarrollo
1968 – Cuba
97' – 1,66:1 - N&B - Mono - 35mm
RéalisationTomás Gutiérrez Alea
ScénarioEdmundo Desnoes
MusiqueLeo Brouwer
ImageRamón F. Suárez
AvecSergio Corrieri, Daisy Granados, Eslinda Núñez...
Fiche IMDBhttp://www.imdb.com/title/tt0063291
Projection Cinéclub20/12/2017 à 12h45

Catégories

Tags

Mémoires du sous-développement

Cuba, 1961-1962 : la très récente révolution est en marche, et, outre un embargo, le régime fait face au débarquement raté de contre-révolutionnaires dans la baie des Cochons. L’heure est à la résistance à l’impérialisme américain. Dans ce pays en plein bouillonnement politique et social, Sergio, intellectuel bourgeois, décide de rester à la Havane alors que ses proches s’exilent aux Etats-Unis les uns après les autres. Mémoires du sous-développement est ainsi le portrait d’un homme tiraillé entre un passé qu’il refuse (ses origines bourgeoises), et une situation nouvelle à laquelle il n’adhère pas, ou qu’il cherche à comprendre.

Lorsqu’il réalise ce film, Gutiérrez Alea, co-fondateur de l’ICAIC (Institut Cubain des arts et de l’industrie cinématographiques) et cinéaste de la révolution cubaine, expose ses doutes sur le modèle politique sans pour autant être censuré par le régime. À partir de ce film, il sera perçu comme un cinéaste « pas tout à fait dans le moule, mais néanmoins dans les cadres » 1Libération, 17 avril 1996, creusant son sillon dans un entre-deux, à l’intérieur et à l’extérieur d’un système.

L’opposition entre le microcosme de Cuba et le hors-champ américain amène les questionnements politiques du film. Sergio se sent toujours plus étranger à ce qui l’entoure. Il promène ses doutes dans un pays en pleine effervescence et ses « bâillements » s’opposent à « la clameur des évènements » 2CHESSEL Luc, « Mémoire du sous développement », Les Inrockuptibles, 8 juillet 2016. Il y a alors presque deux films en un : celui du « monologue intérieur de souvenirs […] et le film de Cuba en guerre et en révolution » 3CHESSEL Luc, « Mémoire du sous développement », Les Inrockuptibles, 8 juillet 2016 davantage tourné vers l’extérieur. Pour tout cela peut-être, Mémoires a été le premier film castriste montré aux Etats-Unis.

Rémi Llorens
[CINE-CLUB] Intérieur extérieur - S'en sortir sans sortir.mov
  • 1
    Libération, 17 avril 1996
  • 2
    CHESSEL Luc, « Mémoire du sous développement », Les Inrockuptibles, 8 juillet 2016
  • 3
    CHESSEL Luc, « Mémoire du sous développement », Les Inrockuptibles, 8 juillet 2016
Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires
X