Loading. Please wait...

Infos détaillées

Offret
1986 – Suède / France
145' – 1,66:1 - Couleur - Mono - 35mm
RéalisationAndrei Tarkovski
ScénarioAndrei Tarkovski
MusiqueJ.S Bach
ImageSven Nykvist
AvecErland Josephson, Susan Fleetwood, Allan Edwall, Gudrun S. Gísladóttir...
Fiche IMDBhttp://www.imdb.com/title/tt0091670
Projection Cinéclub27/04/2011 à 12h45

Catégories

Tags

Le Sacrifice

Le Sacrifice est le deuxième film d’Andrei Tarkovski réalisé après son exil de l’URSS au début des années quatre vingt. Tourné en Suède sur l’île de Gotland, le film est décrit comme se situant à mi-chemin entre l’univers de Tchekhov et celui de Bergman.1Michel Estève, «Une esthétique de l’incarnation : Le Sacrifice», Etudes Cinématographiques n°135-138, Lettres Modernes, Paris, 1986, p.180. Nous retrouvons par ailleurs dans son équipe Sven Nykvist (directeur de la photographie) et l’acteur Erland Josephson (qui interprète le rôle principal) qui ont collaboré plusieurs fois avec le cinéaste suédois.

L’idée du Sacrifice vient d’une réflexion de Tarkovski sur l’aliénation de l’homme moderne : « Le développement du monde aujourd’hui se fait sur un plan strictement matériel. La société contemporaine évolue dans l’empirique et, finalement, en dehors de toute spiritualité. (…) Le moyen de revenir à un rapport normal avec la vie est de restaurer un rapport avec soi-même. Il faut pour cela trouver son indépendance face au style de vie matériel et vérifier par là même sa propre essence spirituelle.»2Andrei Tarkovski, « A propos du Sacrifice », propos recueillis le 15 mars 1986, Positif n°303, mai 1986, p.10. Alexandre, ancien acteur devenu critique et dramaturge, s’apprête à fêter son anniversaire entouré de sa famille et ses amis. L’annonce de la menace d’une guerre nucléaire change le cours du film et le protagoniste se tourne alors vers Dieu dans un acte de don de soi total : « Ce qui m’intéressait dans ce film, c’était de montrer un homme capable de se sacrifier. (…) Mon héros ne peut plus vivre comme avant et il accomplit un acte, peut être désespéré mais qui lui montre qu’il est libre. »3Ibid.

Le Sacrifice, « film-parabole »4Andrei Tarkovski, Le temps scellé, Petite bibliothèque des Cahiers du Cinéma, Paris, 2004, p.252. est le dernier film du cinéaste russe qui mourra en 1986. Le film obtiendra Le grand prix spécial du jury à Cannes.

Cécile Tourneur
La Sacrifice d'Andreï Tarkovski - Film annonce 2018
  • 1
    Michel Estève, «Une esthétique de l’incarnation : Le Sacrifice», Etudes Cinématographiques n°135-138, Lettres Modernes, Paris, 1986, p.180.
  • 2
    Andrei Tarkovski, « A propos du Sacrifice », propos recueillis le 15 mars 1986, Positif n°303, mai 1986, p.10.
  • 3
    Ibid.
  • 4
    Andrei Tarkovski, Le temps scellé, Petite bibliothèque des Cahiers du Cinéma, Paris, 2004, p.252.
Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires
X