Loading. Please wait...

Infos détaillées

1976 – France
101' – Couleur - Mono - 35mm
RéalisationJean-Daniel Pollet
ScénarioJacques Lourcelles, Jean-Daniel Pollet
MusiqueAntoine Duhamel
ImageAlain Levent
AvecClaude Melki, Laurence Bru, Guy Marchand, Denise Glaser, Marion Game, Micheline Dax, Édith Scob...
Fiche IMDBhttps://www.imdb.com/title/tt0191760/
Projection Cinéclub25/11/2020 à 12h

Catégories

Tags

L’Acrobate

Regardant L’Acrobate, on le sait à nouveau : nous vivons pour danser. Baller, glisser, sauter, pivoter, tourner, nous arracher à la terre, seul, à deux, ensemble. Former un chœur, un seul corps inspiré »1MERCIER Claire, « La Danse et la fable dans L’Acrobate de Jean-Daniel Pollet », D. Coureau et P. Louguet (dir.), Cinéma et Danse (Sensibles entrelacs), L’Harmattan, Paris, 2013 (Hors-série Revue CIRCAV), p. 132 pour la citation. Pour Claire Mercier, Pollet, dans L’Acrobate, oppose la fable et la danse et tire de ce conflit une énergie nouvelle : il s’écarte de la forme bal(l)ade (caractéristique de la Nouvelle Vague selon Deleuze), pour proposer ce que Claire appelle la « forme bal » : « la caméra ne glisse pas le long du marcheur en épousant sa marche. Elle en fait inlassablement l’assaut »2Ibid., p. 140.

Cet assaut prend trois formes : la stase d’abord, moments remarquables où Melki glisse de la danse à la panto-mime, avec un balai serpillère ou une boule de bowling, secouant la fable d’un trouble mélancolique ou d’un « spasme burlesque ». La comédie musicale ensuite, qui fait retour par la façon dont l’ « esprit de la danse » s’empare des personnages pour les conduire en farandole, jusqu’à envahir le champ en poussant « la fable à l’arrière-plan ». Et enfin, un muthos propre à la danse : les danseurs, en imitant « actions, passions et caractères », assemblent le drame, restituent l’« organique » de la fable. Pollet, par la danse, transfigure sous nos yeux Melki en personnage : il est L’Acrobate, « terme qui insuffle sa dynamique au film », dynamique que Claire restitue éperdument dans son texte, jusqu’au tournis.

Elle écrit : « J’ai vu L’Acrobate très jeune spectatrice. Depuis, je n’ai jamais oublié d’être Melki, de danser en passant la serpillère. Je n’ai jamais oublié d’être Pollet, mettant, à faire du cinéma, l’allégresse tragique de Dionysos »3Ibid., p. 146.

On le sait à nouveau : nous vivons pour danser.

(Remerciements à Jennifer Verraes, pour le tournis).
Emmanuel Dreux
L'Acrobate
  • 1
    MERCIER Claire, « La Danse et la fable dans L’Acrobate de Jean-Daniel Pollet », D. Coureau et P. Louguet (dir.), Cinéma et Danse (Sensibles entrelacs), L’Harmattan, Paris, 2013 (Hors-série Revue CIRCAV), p. 132 pour la citation
  • 2
    Ibid., p. 140
  • 3
    Ibid., p. 146
Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires
X