Loading. Please wait...

Infos détaillées

1998 – France
93' – 2,35:1 - Couleur - Dolby SR - 16mm (tournage) / 35mm (projection)
RéalisationGaspar Noé
ScénarioGaspar Noé
SonOlivier Le Vacon, Olivier Dô Hùu, Valérie Deloof, Jean-Luc Audy
ImageDominique Colin
MontageGaspar Noé, Lucile Hadzihalilovic
ProductionGaspar Noé, Lucile Hadzihalilovic
AvecPhilippe Nahon, Paule Abecassis, Roland Guéridon, Blandine Lenoir...
Fiche IMDBhttp://imdb.com/title/tt0157016

Catégories

Tags

Seul contre tous

Chacun sa vie, chacun sa morale. Et si je devais résumer ma vie, ma vie elle est très simple : c’est celle d’un pauvre type. Voilà le genre de truc qu’ils devraient écrire un jour ».

Avec Seul Contre Tous, Gaspar Noé nous présente la chute d’un homme vers une spirale de haine et de violence, dont les Autres deviennent les principaux accusés. Ainsi, sept ans après la sortie de Carne, le réalisateur prolonge les aventures de son boucher et de sa fille Cynthia. D’un personnage émouvant à force d’avoir tout perdu pour l’amour de sa fille, le boucher devient ici pour le spectateur de plus en plus abject et repoussant.

En ce sens, âmes sensibles s’abstenir : le film choque, et pas qu’un peu. Au-delà d’un déluge sanguinolent, ce que le film évite à tout prix, Noé secoue et violente son spectateur. Tout d’abord par ses dialogues, d’une vulgarité et d’une crudité assourdissante. Puis par les images qu’il nous présente : on bascule d’une scène porno filmée en plein écran, au ventre d’une femme enceinte explosé à coup de poings.

On glisse alors de l’intérieur de la maison vers l’extérieur pour rejoindre la forêt, le domaine de nos agresseurs. A partir de là, il n’y a plus d’échappatoire possible, les protagonistes courent à leur perte dans les ténèbres, aveuglement. De plus : le mystère sur l’identité des tueurs comme de leur motif reste toujours inviolé. Mais leur présence est à chaque fois soulignée, il est impossible de se sentir tranquille : on entend leurs pas, on observe la lumière de leurs lampes, on remarque leur silhouette…

Partant de ce schéma, la force du film réside dans cette volonté pour Noé d’aller jusqu’au bout de ses idées, aussi choquantes et dégoûtantes soient-elles, en prenant le partie de traiter son film selon le point de vue de son boucher. Le spectateur est ainsi forcé de suivre les déambulations à la fois physiques et psychologiques de son personnage. Il épouse sa vision du monde, meurtrie et désabusée. Mais finalement, la haine ne déborde jamais de ce personnage : elle reste en lui, le rendant encore plus malade qu’il ne l’est à chacun de ses pas. Et c’est ici que la mise en scène fait des miracles, pétant les plombs littéralement à la place de son personnage. D’une scène posée et calme, la caméra se brusque soudainement, de manière imprévisible. En soulignant la « morale » directrice de notre personnage, les panneaux du film vont jusqu’à titiller le spectateur (« Vous avez 25 secondes pour quitter la projection »). Noé le manipule pour mieux le mettre à bout, au même titre que l’ex-boucher est d’une certaine façon manipulé par son système de pensée (submergé par elle, il ne peut plus se contrôler).

Repoussant pour les autres, le boucher le devient également pour les spectateurs. A force de nous faire épouser son point de vue, le réalisateur nous libère en même temps de son personnage, nous poussant à avoir sur lui un certain recul. Malgré tout cela, Noé peut se vanter d’avoir créée un personnage fort et saisissant.

L’autre point fort du film, c’est son humour. Car oui, derrière tant de répugnance, on trouve bien de quoi rire. En premier lieu par le déluge de dialogues qui à force de vulgarité et de violence trouvent dans l’absurde une certaine porte de sortie (toujours plus noir, toujours plus abjecte, on attend la phrase suivante avec une délectation presque perverse). Certes, il y a aussi de l’humour noir, très noir. Et la musique vient, de plus, souligner cet élan humoristique par la présence de ses effets : en retentissant avec rythme à chaque mouvement de caméra, rappelant au passage le fameux sketch sur la prononciation de « serial killer » dans La Cité de la Peur.

On en arrive alors au principal argument de ce film : son originalité. Rare dans le cinéma français d’aujourd’hui on aura trouvé un pamphlet aussi fort contre la vie elle-même, la société, son fonctionnement, et tous les gens que l’on peut y croiser. Toutes ces ordures et pourritures exposées à même le sol. A l’heure des comédies potaches et de comédiens en recherche de devenir, Noé prend le partie de déglinguer tout le monde. En s’en prenant tour à tour à la famille, l’Homme (et la femme), la société, Noé ne rate aucune de ses cibles. Pourvu que l’on croise la trajectoire de son boucher, chacun en prend méchamment pour son grade. Gaspar Noé prouve ainsi avec Seul Contre Tous qu’il est un réalisateur à la fois provocateur et talentueux, et c’est avec un coup de poing « en pleine gueule » qu’il nous le fait savoir.

Julien C.
seul contre tous
Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires

L’Intrusa

14 août 2021

Une femme sous influence

14 août 2021

Phantom of the Paradise

14 août 2021

Call me by your name

14 août 2021

Les Ailes

14 août 2021

Senses

14 août 2021

Au poste !

14 août 2021

Under the Silver Lake

14 août 2021

Halloween

14 août 2021

Roma

14 août 2021

Journal intime

14 août 2021

Train de Nuit

14 août 2021

Ayka

14 août 2021

Don Quichotte

14 août 2021

Les Éternels

14 août 2021

Sur la plage de Belfast

14 août 2021

Birth of a Nation

14 août 2021

L’Été de Kikujiro

14 août 2021

Horizons perdus

14 août 2021

Massacre à la tronçonneuse

14 août 2021

Tel Aviv on Fire & Dachra

14 août 2021

Les Oiseaux de passage

14 août 2021

Jessica Forever

14 août 2021

Los Silencios

13 août 2021

Tenzo

13 août 2021

Douleur et gloire

13 août 2021

Détective Pikachu

13 août 2021

Les Films rêvés

13 août 2021

Parasite

13 août 2021

The Lighthouse

13 août 2021

Cartel

13 août 2021

Les Mille et une Nuits

13 août 2021

Mia Madre

13 août 2021

Entre deux rives

13 août 2021

The Assassin

13 août 2021

Carré 35

16 décembre 2017

Outrage Coda

16 décembre 2017

Mother!

17 novembre 2017

The Neon Demon

17 novembre 2017

Down by Law

17 novembre 2017

Doctor Strange

16 novembre 2017

Une Histoire immortelle

15 novembre 2017

Paranormal Activity

4 janvier 2012

District 9

4 janvier 2012

Black Swan

8 novembre 2011

Je veux seulement que vous m’aimiez

30 juin 2011

Pieds nus sur les limaces

9 avril 2011

Nine

17 avril 2010

Liberté, la nuit

15 mars 2010

La Possibilité d’une île

15 mars 2010

Fish Tank

8 mars 2010

Bright Star

8 mars 2010

Les Noces rebelles

15 février 2010

Frost / Nixon, l’heure de vérité

15 février 2010

Mensonges d’État

15 février 2010

Ils

15 février 2010

Hunger

15 février 2010

L’Échange

15 février 2010

Innocents – The Dreamers

15 février 2010

Cloverfield

15 février 2010

Avoda

15 février 2010

Le Temps des amoureuses

15 février 2010

Jennifer’s Body

15 février 2010

Gran Torino

15 février 2010

Mesrine

15 février 2010

Zion et son frère

15 février 2010

The Wrestler

15 février 2010

Watchmen : Les gardiens

15 février 2010

Henri-François Imbert

15 février 2010

Tokyo Sonata

15 février 2010

Le Secret de Terabithia

15 février 2010

Star Trek

15 février 2010

Septième ciel

15 février 2010

Quatre nuits avec Anna

15 février 2010

Quantum of Solace

15 février 2010
X