Loading. Please wait...

Infos détaillées

2009 – France
83' – 1,66:1 - Couleur
RéalisationHenri-François Imbert
MusiqueSilvain Vanot
ImageHenri-François Imbert
Montage sonFrédéric Maury
MixageJean-François Terrien
MontageCéline Tauss
ProductionLibre Cours
AvecJean-Louis Damani, Hilaire Arasa, Fabienne Dorey, Aissa Ihamouine, Ernest Simo...
Fiche IMDBhttp://www.imdb.com/title/tt1381118

Catégories

Tags

Le Temps des amoureuses

Bercé par la voix d’Henri-François Imbert, le spectateur entre progressivement dans l’univers ouaté du cinéaste. A bord d’une voiture conduite sur une route sinueuse, ce dernier nous raconte son histoire. Ici, pas de flash-back brumeux, le retour au passé se fait au présent, dans la réalité quotidienne. On nous raconte une histoire en cours de déroulement, commencée il y a déjà plusieurs années, qui prend corps au moment même où les images nous parviennent et qui, pour sûr, se poursuivra encore longtemps. Au-delà de sa propre expérience, c’est de Cinéma dont nous parle Henri-François Imbert. Marqué par Mes petites amoureuses de Jean Eustache, il a retrouvé tout à fait par hasard un des jeunes acteurs, Hilaire Arasa. C’est ainsi que guidé par la passion et par cet homme, le documentariste de No Pasaran (2003) revient sur les lieux du tournage – Narbonne – en quête de l’esprit de ce film particulier. Car il s’agit bien d’un esprit : il n’est pas question d’un making-of, mais de saisir ce qui a fait l’essence même du film d’Eustache.

Parce que rien ne peut être écrit à l’avance dans un travail d’investigation, Le temps des amoureuses est la résultante d’un travail long et instinctif. Saisissant au vol quelques images, des confidences, la caméra et le cadrage ne savent pas toujours où se positionner ; il n’est pas rare d’avoir un mur ou un barreau dans le champ. Cet aspect « pris sur le vif » peut réellement relever d’une esthétique propre au film. Pas une esthétique travaillée et calculée, mais inhérente au propos même du métrage : capter le passé partout où il déborde du présent. L’immédiateté ne prend pas la mesure d’une mise à l’écran propre.

La nostalgie est de courte durée, le temps a passé, les enfants se sont transformés en adultes. Il s’agit désormais de savoir qui ils sont devenus et ce qu’a provoqué dans leur vie l’intervention du cinéma. S’il est rapidement évident qu’Hilaire a été profondément influencé par cette expérience unique, nous ne connaissons rien des autres jeunes acteurs du film. Henri-François Imbert nous entraine dans sa quête. Les retrouvailles ne sont pas immédiates, piétinent même par moment. Ce temps suspendu est retranscrit par des « divagations ». Le cinéaste se détourne peu à peu de sa recherche initiale pour suivre le parcours d’Hilaire, sa vie, ses questionnements – cela sans jamais tomber dans un travers voyeuriste malsain. C’est pourquoi nous assistons aux répétitions et aux concerts de cet homme ; les séquences sont longues. L’ennui guette : le spectateur perd ses repères dans la trame scénaristique. La narration n’est pas dans une continuité logique, mais suit les tribulations de l’esprit. Il y a logiquement des moments d’égarement.

Les apartés font donc partie intégrante de cette œuvre originale d’Henri-François Imbert. Ce sont même eux qui amènent progressivement le film à changer d’objectif. Peu à peu, nous nous éloignons de Narbonne et de Jean Eustache pour nous préoccuper du sujet sociologique de Mes petites amoureuses ; c’est-à-dire la jeunesse. Hilaire est éducateur spécialisé, il connait les ressorts de l’enfance et les angoisses de l’adolescence et c’est cela que nous voyons dans ce film : comment la prime jeunesse est le vecteur indispensable et immuable de notre vie d’adulte. Le lien entre le retour sur le film d’Eustache et l’interrogation sur la jeunesse est finalement plus cohérent qu’il n’y parait. Tout a un sens dans la vie d’Hilaire, il y a trop de « coïncidences » pour que tout ne soit que hasard. Cet homme a une cinquantaine d’années, mais il est en connexion permanente avec les jeunes par son métier et par l’enthousiasme dont il fait preuve dans l’entreprise de ses projets. Un enthousiasme presque naïf mais décidément porteur d’énergie.

Le temps des amoureuses est inclassable : trop inspiré de la fiction pour être un documentaire, mais pas assez scénarisé pour être de la fiction. Mais est-ce bien nécessaire de classer ce film ? Il est indéniable que le cinéaste a profondément inscrit ses influences, ses sources d’inspiration dans son film, ce qui lui donne cette authenticité touchante. Le discours n’est pas linéaire et il est parfois difficile de se repérer dans la multiplicité des pistes réflexives qui sont lancées. Mais, c’est avec une grande humanité qu’Henri-François Imbert présente tous ces héros ordinaires dont les doutes et les désirs les angoissent autant qu’ils les guident : le rêve n’est pas extraordinaire, il est véridique.

Marine Bénézech

(Voir aussi l’entretien avec le réalisateur)

Le temps des amoureuses, bande annonce

 

Lire Détails Détails Like

Partagez sur vos réseaux sociaux :

Ou copiez et partagez simplement cette url :
Articles similaires

L’Intrusa

14 août 2021

Une femme sous influence

14 août 2021

Phantom of the Paradise

14 août 2021

Call me by your name

14 août 2021

Les Ailes

14 août 2021

Senses

14 août 2021

Au poste !

14 août 2021

Under the Silver Lake

14 août 2021

Halloween

14 août 2021

Roma

14 août 2021

Journal intime

14 août 2021

Train de Nuit

14 août 2021

Ayka

14 août 2021

Don Quichotte

14 août 2021

Les Éternels

14 août 2021

Sur la plage de Belfast

14 août 2021

Birth of a Nation

14 août 2021

L’Été de Kikujiro

14 août 2021

Horizons perdus

14 août 2021

Massacre à la tronçonneuse

14 août 2021

Tel Aviv on Fire & Dachra

14 août 2021

Les Oiseaux de passage

14 août 2021

Jessica Forever

14 août 2021

Los Silencios

13 août 2021

Tenzo

13 août 2021

Douleur et gloire

13 août 2021

Détective Pikachu

13 août 2021

Les Films rêvés

13 août 2021

Parasite

13 août 2021

The Lighthouse

13 août 2021

Cartel

13 août 2021

Les Mille et une Nuits

13 août 2021

Mia Madre

13 août 2021

Entre deux rives

13 août 2021

The Assassin

13 août 2021

Carré 35

16 décembre 2017

Outrage Coda

16 décembre 2017

Mother!

17 novembre 2017

The Neon Demon

17 novembre 2017

Down by Law

17 novembre 2017

Doctor Strange

16 novembre 2017

Une Histoire immortelle

15 novembre 2017

Paranormal Activity

4 janvier 2012

District 9

4 janvier 2012

Black Swan

8 novembre 2011

Je veux seulement que vous m’aimiez

30 juin 2011

Pieds nus sur les limaces

9 avril 2011

Nine

17 avril 2010

Liberté, la nuit

15 mars 2010

La Possibilité d’une île

15 mars 2010

Fish Tank

8 mars 2010

Bright Star

8 mars 2010

Les Noces rebelles

15 février 2010

Frost / Nixon, l’heure de vérité

15 février 2010

Mensonges d’État

15 février 2010

Ils

15 février 2010

Hunger

15 février 2010

L’Échange

15 février 2010

Innocents – The Dreamers

15 février 2010

Cloverfield

15 février 2010

Avoda

15 février 2010

Jennifer’s Body

15 février 2010

Gran Torino

15 février 2010

Mesrine

15 février 2010

Zion et son frère

15 février 2010

The Wrestler

15 février 2010

Watchmen : Les gardiens

15 février 2010

Henri-François Imbert

15 février 2010

Tokyo Sonata

15 février 2010

Le Secret de Terabithia

15 février 2010

Star Trek

15 février 2010

Seul contre tous

15 février 2010

Septième ciel

15 février 2010

Quatre nuits avec Anna

15 février 2010

Quantum of Solace

15 février 2010
X