Mother!

2017 – USA
121' – Couleur - 2,35:1 - Dolby digital - DCP
Réalisation : Darren Aronofsky
Scénario : Darren Aronofsky
Musique : Jóhann Jóhannsson
Image : Matthew Libatique
Montage : Andrew Weisblum
Production : Paramount Pictures et Protozoa Pictures
Avec : Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris, Michelle Pfeiffer, Brian Gleeson...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt5109784/

Le cinéma de Darren Aronofsky est – pour faire dans l’euphémisme – assez clivant. Virtuose ou démonstratif, mystique ou ridicule, poétique ou niais, on ne peut lui enlever de provoquer avec ses films des sentiments extrêmement forts, qu’ils soient positifs ou négatifs. Mother! n’échappe pas à cela. Mother! est suffocant plus qu’il n’est angoissant.

L’action va d’emblée dans le sens de l’intensité, du trop plein. Les personnages, entrant au fur et à mesure dans cette maison qui ne leur appartient pas, remplissent l’espace, l’envahissent et se l’approprient. Le film va crescendo jusqu’à atteindre une intensité démesurée où les protagonistes étrangers à la maison vont semer la destruction et provoquer une véritable apocalypse (au sens premier du terme, soit au sens biblique). Il s’agit – comme la plupart des films d’Aronofsky – d’un film où aucune interprétation fixe n’est vraie ou fausse, simplement elles existeront parmi des centaines d’autres. Ainsi le film peut se lire comme une réinterprétation de certains mythes bibliques, dont l’Apocalypse (la figure du Diable, la maison présentée par le personnage de Jennifer Lawrence comme un “Paradis”, le fratricide, le sacrifice d’enfant, la poursuite acharnée de la femme enceinte…) ou comme une relecture de Barbe Bleue (une femme faussement libre enfermée par son mari qui l’interdit de rentrer dans certaines pièces, la tâche de sang qui ne s’efface pas, la poignée de porte…).

Lire la suite sur Amorces

Roméo Calenda

Les commentaires sont clos.