Fascista 6/12

  1. Introduction : Hérésie en Amphi 4 – Enjeux politiques de la réception vincennoise de Fascista
Avec : Anne-Violaine Houcke et Mélissande LévantopoulosImage : Mélanie Forret (Doctorante en Cinéma)Post-production : Delphine Rives
Date d’enregistrement : 6 décembre 2014 – Durée : 38:44 – Public : Tous publics

2. Table ronde :  Fascista à Vincennes : retour sur un scandale

Avec : Claudine Monteil, Jean Narboni, Serge Le Péron, Claudine Roméo, Guy Scarpetta / Modération : Cécile Sorin – Image : Mélanie Forret (Doctorante en Cinéma)  Post-production : Delphine Rives – Date d’enregistrement : 6 décembre 2014 – Durée : 2:11:44 – Public : Tous publics

3. Politiques du montage

Avec : Roberto Chiesi, Giorgio Passerone, René Schérer / Modération : Anne-Violaine Houcke et Hervé Joubert-Laurencin – Image : Mélanie Forret (Doctorante en Cinéma) – Post-production : Delphine Rives – Date d’enregistrement : 6 décembre 2014 – Durée : 1:06:23 – Public : Tous publics

Le 6 décembre 1974, le film Fascista, de Nico Naldini, est projeté à l’Université de Vincennes. Pier Paolo Pasolini est là, avec son cousin, le réalisateur du film. Tous deux ont été invités par Maria-Antonietta Macciocchi, qui tient cette année 1974-1975 un séminaire intitulé « Analyse du fascisme, des origines à aujourd’hui », au cours duquel seront projetés et analysés des films comme La nave bianca, All’armi siam fascisti, Metropolis ou Le Juif Süss. Fascista, film de montage créé à partir des films de propagande fasciste de l’Institut Luce, avec un commentaire lu par Giorgio Bassani, ouvre le bal, et suscite un scandale dont il est difficile, aujourd’hui, de mesurer l’ampleur. Un scandale nourrit par la présence de Pasolini, polémiste « corsaire » et « hérétique ».

Dans son « Rapport sur un cours universitaire à Vincennes, sur le fascisme », M-A Macciocchi décrit cette « expérience-projection » :
« Depuis deux jours, une foule d’étudiants se pressait dans la salle de projection de l’Université. Le groupuscule, naturellement « marxiste-léniniste » [le groupe Foudre, dirigé par Alain Badiou], muni d’un haut-parleur, s’employait à débiter dans les couloirs et la cour de l’Université, les mots d’ordre : « Sabotez le film fasciste de Naldini ». Le soir, dans l’amphithéâtre du débat, se trouvaient environ mille personnes, venues de tout Paris pour comprendre ce qui se passait. […] Sur la tribune, dans la fourmilière, apparaissaient et disparaissaient, mêlés à Naldini et Pasolini, tous deux venus à Paris pour le débat, quelques célèbres experts français de l’histoire du fascisme, qui devaient intervenir dans la discussion. Parmi eux Faye, Ferro, Robert Paris, Nikos Poulantzas. Mais personne ne pourra les entendre, même s’ils avaient des critiques à formuler. »

Le quarantenaire 6/12 FASCISTA se propose de penser cet événement, en le réincarnant physiquement à Paris 8 et en analysant les raisons et les formes d’une réception problématique, sans nul doute amplifiée par la présence de Pier Paolo Pasolini. Elle permettra également d’ouvrir une réflexion plus large sur d’autres films de montage contemporains (La Rabbia, All’armi siam fascisti).

Photos de l’intervention de Pasolini et Macciocchi sur le film Fascista, le 6 décembre 1974

Enregistrement sonore du débat du 6 décembre 1974 entre Pier Paolo Pasolini et Maria-Antonietta Macciocchi à propos du film Fascista

Les commentaires sont clos.