Scorpio Rising / Pink Flamingos

Scorpio Rising
1963 – USA
30′ – Couleur – Mono
Réalisation : Kenneth Anger
Musique : Little Peggy March, The Angels, Bobby Venton, Elvis Presley, Ray Charles, The Crystals, The Rondells, Kris Jensen…
Image : Kenneth Anger
Avec : Bruce Byron, Johnny Sapienza, Franck Carifi, John Palone, Ernie Allo, Barry Rubin, Steve Crandell, Bill Dorfman, Johnny Dodds…

 

Pink Flamingos
1972 – USA
93' – 1,85:1 - Couleur - Dolby (ressortie) - 16mm gonflé en 35mm
Date de sortie USA : 17 mars 1972
Réalisation : John Waters
Scénario : John Waters
Musique : John Waters
Image : John Waters
Avec : Divine, Edith Massey, Danny Mills, Mary Vivian Pearce, Mink Stole, David Lochary, Cookie Mueller...
Fiche Imdb : https://www.imdb.com/title/tt0069089/
Projection au ciné-club le 19/02/2020

« Les cinéastes underground habitent dans la même maison que Hollywood, sauf qu’ils travaillent à la cave ».11 D’après Take one (Montréal, fin 1972) : Interview de Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin par Michael Goodwin, Tom Lundy et Naomi Wise. Dans : NOGUEZ Dominique, Eloge du Cinéma expérimental, Centre National d’Art et de la Culture Georges Pompidou, Paris, 1979, p. 51.

Dans les années 50, un nouveau cinéma indépendant propre aux Etats-Unis voit le jour : “l’underground”. Selon Claudine Eizykman, ce cinéma se caractérise avant tout par le traitement d’une nouvelle gamme thématique. S’opposant radicalement aux récits traditionnels, il fait surgir une contre-culture et de nouvelles représentations, qui ont toutes en commun « l’excavation et la surcharge de lieux, de situations et de personnages »2EIZYKMAN Claudine, La jouissance-cinéma, Union Générale d’Editions, Paris 1976. p. 287., et qui, jusqu’alors rejetées, « font irruption sans honte, sans pare-excitation ni médiation narrative, à leur rythme, déployées jusqu’à leur accomplissement ».3Idem

Ainsi dans Scorpio Rising, Kenneth Anger juxtapose par exemple les images d’une horde de motards scandaleux menée par Marlon Brando à celles de Jésus, créant un homo-érotisme blasphématoire qui détourne tout ce qui est propre non seulement aux films du catéchisme mais à ceux policés d’Hollywood. Pink Flamingos, de son côté, détruit les fondements de la “famille américaine” pour lui substituer une tribu de personnages plus grotesques les uns que les autres, se glorifiant des instincts les plus vils.

Si Scorpio Rising a été perçu comme une œuvre expérimentale majeure, Pink Flamingos est progressivement devenu un film culte, devenant le film phare des « séances de minuit » du Elgin Theater de New York, où il est programmé durant des années tous les vendredi et samedi. Ces séances, consacrées aux film considérés comme inadaptés au public habituel, ont permis à Pink Flamingos de gagner une réputation phénoménale parmi les cinéphiles, le milieux homosexuel et une multitude de curieux, et à des personnalités comme Divine d’acquérir le rang d’hyperstar de l’underground.

Camila Nori

Les commentaires sont clos.