Puce Moment / Gilda

Puce Moment
1970 – USA
7′ – Couleur – Mono
Réalisation : Kenneth Anger
Musique :  Jonathan Halper
Image : Kenneth Anger
Avec : Yvonne Marquis
Gilda
1946 – USA
110' – 1,37:1 - N&B - Mono - 35mm
Date de sortie USA : 25 avril 1946
Date de sortie France : 28 mai 1947
Réalisation : Charles Vidor
Scénario : Marion Parsonnet, Ben Hecht, d’après une histoire de E.A. Ellington
Musique : Marlin Skiles
Image : Rudolph Maté
Avec : Rita Hayworth, Glenn Ford, George Macready, Joseph Calleia, Steven Geray, Joe Sawyer, Gerald Mohr, Mark Roberts, Ludwig Donath, Don Douglas…
Fiche Imdb : https://www.imdb.com/title/tt0038559/
Projection au ciné-club le 06/11/2019

Pour Claudine Eizykman, l’essence de la star réside dans son image. Elle « correspond à la perception de la photo mais c’est elle qui impose et implante la photo »1EIZYKMAN Claudine « Tension, Soleils, Flexion » in Melba, n°3, avril-mai 1977, pp. 2-3. Elle dépose en nous une image photographique sur laquelle nous projetons nos désirs. En ce sens, elle irradie autant dans les films que dans la vie car elle déborde constamment des cadres.

Gilda est le rôle le plus célèbre de Rita Hayworth. Mais si Rita a donné chaire à cette image canonique de la femme fatale, c’est bien elle, Gilda, l’icône, qui va marquer l’imaginaire collectif. On la trouve reprise partout, jusque dans les films d’animation de Tex Avery où elle inspire le fameux personnage de Red. Consacrée star par ce rôle, Rita Hayworth se sent elle-même effacée par la créature à laquelle elle a donné vie et affirme avec amertume en évoquant sa vie personnelle : « Les hommes se couchent avec Gilda mais se réveille avec moi »2MORELLA Joseph et Z. EPSTEIN Edward, Rita : the life of Rita Hayworth, W. H. Allen, Londres, 1983.

C’est cette même icône féminine, celle muette, des années vingt cette fois, que Kenneth Anger tente d’arracher à ses souvenirs d’enfance, passée dans les coulisses d’Hollywood. Puce Moment saisit la star dans le rituel qui prend place devant la coiffeuse, dans les strasses des robes d’apparat, les effluves de parfum capiteux, la lumière si particulière de l’ouest Californien, pour en dévoiler les postures et le magnétisme.

Nina Rebel-Faure et GQ

Les commentaires sont clos.