Dura Lex

Po zakonu
1926 – Union Soviétique
80' – 1,33:1 - N&B - Silencieux - 35mm
Date de sortie Union Soviétique : 3 décembre 1926
Date de sortie France :
Réalisation : Lev Koulechov
Scénario : Victor Chklovsky, d’après un récit de Jack London The Unexpected
Musique : Robert Israel
Image : Konstantin Kouznetsov
Avec : Aleksandra Khokhlova, Sergueï Komarov, Vladimir Fogel, Porfiri Podobed, Piotr Galadjev
Fiche Imdb : https://www.imdb.com/title/tt0017271/
Projection au ciné-club le 23/10/2019

Dans La Jouissance cinéma, Claudine Eizykman consacre un court chapitre à « l’effet Koulechov » qui permet selon elle « de saisir les conditions dans lesquelles le cinéma s’est structuré selon le destin NRI (Narratif Représentatif Industriel). Il a cet immense avantage d’appréhender le cinéma à partir de la mise en relation des plans qui brise l’impensé de la perception, l’impensé de la machinerie, juste le temps de recouvrir la narration et le montage ».1Eizykman Claudine, La jouissance-cinéma, op.cit., p. 31.

Réalisée dans les années 1920, cette expérience de montage montre le même visage impassible de l’acteur Mosjoukine avec les images successives d’une assiette, d’une enfant dans un cercueil, d’une femme alanguie. L’expérience voudrait que le spectateur interprète respectivement sur le visage de l’acteur les émotions de la faim, du deuil et du désir. Elle témoigne en revanche pour Claudine Eizykman de la nécessité du cinéma NRI à être à la fois narratif et réaliste et, dès lors, historique2Notons cependant qu’aujourd’hui l’existence de cette expérience est contestée. Elle cache en vérité une profusion d’expérimentations menées par ce cinéaste autour non seulement du montage mais aussi du jeu d’acteur.. En partant d’une analyse que l’historien Marc Ferro3FERRO Marc, « Le film, une contre-analyse de la société ? », Annales. Economies, sociétés, civilisations, 1973, 28e année, 1, p. 109 124. Ce texte, auquel Guy Fihman et Claudine Eizykman ont contribué par leur relecture, constitue un des premiers textes d’importance sur l’utilisation du cinéma pour les recherches en Histoire. L’analyse de séquences de Dura Lex permet à Ferro de « découvrir une zone de réalité non-visible » : celles des premiers procès d’opposants en comparant les écarts de versions entre le texte de London et l’adaptation de Koulechov. fait de Dura Lex, le premier long métrage réalisé par Koulechov, elle défend que la force d’un film réside dans « des écarts révélateurs entre [son] récit […] et son histoire ».4Eizykman Claudine, La jouissance-cinéma, op.cit., p.57.

Adapté de la nouvelle écrite en 1907 par Jack London The Unexpected, Dura Lex raconte un huis-clos dans lequel un couple de chercheurs d’or isolé par les éléments météorologiques se retrouve en situation de devoir juger leur factotum qui a assassiné leurs deux compagnons, alors qu’ils l’humiliaient. Accusé de formalisme en URSS, le film deviendra un classique.

Gilles Chétanian

Les commentaires sont clos.