Platform

Zhantai
2000 – Chine / Japon / France
154' – 1,85:1 - Couleur - Stéréo - 35mm
Date de sortie France : 29 août 2001
Réalisation : Jia Zhang Ke
Scénario : Jia Zhang Ke
Musique : Yoshihiro Hanno
Image : Yu Lik-wai
Avec : Wang Hongwei, Zhao Tao, Jing Dong Liang, Tian Yi Yang, Bo Wang...
Fiche Imdb : https://www.imdb.com/title/tt0258885/
Projection au ciné-club le 10/04/2019

Au moment de passer à la réalisation de son deuxième film Platform, Jia Zhang Ke, cinéaste de ladite « sixième génération » de cinéastes chinois (apparue après les événements de Tian’anmen) souhaite sortir son cinéma de la clandestinité et demande ainsi l’aval des autorités chinoises pour tourner à Fenyang, sa ville natale. Il essuiera un refus notamment dû au retentissement de son précédent film tourné clandestinement. Plat-form sera donc à nouveau un film « underground » 1Entretien avec Jia Zhang Ke par Philippe Grangereau, « Mon prof avait peur que je sème la zizanie », Libération, 10 décembre 2013 comme le qualifie son auteur, mais dont l’ambition immense de dépeindre l’ouverture de la Chine à travers le destin d’une troupe de musiciens marquera les esprits des spectateurs du monde entier.

De 1979 à 1989, le cinéaste s’attache à étudier dix années de la vie d’un pays et la métamorphose de la société chinoise. Une fresque épique mais intime de plus de trois heures dans sa version initiale, ramenée à seulement deux heures et demi, ponctuée par des chansons significatives, parfaites incarnations de la transformation sociétale chinoise : de la propagande post-maoïste à la pop moderne (soviétique tout de même). Par la musique donc mais surtout, par le parcours des personnages, qui passent d’une vie de troupe à des destins plus ou moins singuliers et solitaires. Les cadres dans lesquels le spectateur les voit évoluer indiquent aussi les scissions et les solitudes, car Jia Zhang Ke s’attache aussi à décrire « l’émergence de l’individu qui remplace le groupe » 2Entretien avec Jia Zhang Ke par Michel Ciment et Lorenzo Codelli « Un besoin extrême de tourner ce film », Positif, n°487, septembre 2001, progressivement, dans la société chinoise. Un regard inédit sur la Chine qui fait de ce film une des œuvres majeures du cinéaste et du cinéma chinois.

Louis Collier

Les commentaires sont clos.