Dr Jekyll & Mr Hyde

Dr Jeckyll and Mr Hyde
1941 – USA
113' – 1,37:1 - N&B - Mono - 35mm
Date de sortie USA : 12 août 1941
Date de sortie France : 25 septembre 1946
Réalisation : Victor Fleming
Scénario : John Lee Mahin
Musique : Franz Waxman
Image : Joseph Ruttenberg
Avec : Spencer Tracy, Ingrid Bergman, Lana Turner, Donald Crisp, Ian Hunter...
Fiche Imdb : https://www.imdb.com/title/tt0033553/
Projection au ciné-club le 24/10/2018

Comme le souligne Frédéric Sabouraud « […] dès les premiers mètres tournés par les frères Lumière, la narration, le récit ont fait irruption. Le cinéma allait avoir un grand besoin d’histoire » 1SABOURAUD Frédéric, L’adaptation, le cinéma a tant besoin d’histoires, Les Cahiers du Cinéma, les petits Cahiers, SCEREN-CNDP,
2006, p.2
. L’écrit faisant place aux sons et aux images, l’adaptation apporte une nouvelle vision de l’oeuvre originelle, métamorphosée.
Le roman de L’étrange cas du docteur Jekyll et Mr Hyde écrit par Robert L. Stevenson en 1886, en est un exemple frappant. Adapté au théâtre dès le 19ème siècle, il fait l’objet de reprises incessantes au cinéma à partir de 1908, date de la première variante d’Otis Turner.

Supprimant volontairement le suspense de l’oeuvre originale, qui ne révèle les deux facettes du docteur qu’à la fin du roman, Victor Fleming propose en 1941 une version qui montre explicitement la métamorphose du personnage. Ces transformations révèleront une frustration sexuelle et sociale, causées par une morale religieuse austère, que soulignent également les deux personnages féminins et opposés, la barmaid et la fiancée.

À la sortie du film, une partie de la presse américaine déplore l’aspect moins terrifiant de Hyde alors que l’autre proclame que « le film est traité de manière plus mature…» 2« Tracy’s « Jekyll-Hyde » A monument to good acting – Fleming directs a Titanic in film », The Holywood Reporter, 22 Juillet 1941. La critique contemporaine approuvera le travail de Fleming « comme si après le lustre du Technicolor et le sucre du glamour hollywoodien, ses veines réclamaient le noir et blanc des brumes de Londres » 3A.G, « L’ordonnance du Dr. Flemming », Les Echos, 29 Octobre 2008.

Finalement, le film réunit sur l’idée que l’horrifique laisse place à l’universalité car « le Hyde de Tracy est celui qui a l’apparence la plus humaine, […] qui nous ressemble le plus » 4BURNHAM BLOOM Abigail, The literary – Monster on film – Five nineteenth century British novels and their cinematic adaptation, Ed. McFarland, 2010, p.81.

Flora Nicolas

Les commentaires sont clos.