L’Hypothèse du tableau volé / Scénario du film Passion

L'Hypothèse du tableau volé
1978 – France
66' – N&B - Mono - 35mm
Date de sortie France : 4 avril 1979
Réalisation : Raoul Ruiz
Scénario : Raoul Ruiz
Musique : Jorge Arriagada
Image : Sacha Vierny
Avec : Jean Rougeul, Chantal Paley, Jean Raynaud...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0077707
Scénario du film Passion
1982 – France
54′ – 4/3 – Couleur – Mono – Vidéo
Réalisation : Jean-Luc Godard
Image : Kevan Debonnaire
Avec : Pierre Binggeli, Jean-Luc Godard, Jean-Bernard Menoud, Anne-Marie Miéville
Projection au ciné-club le 14/03/2018

Sorti en 1979 dans le cadre d’un accord avec l’INA, L’Hypothèse du Tableau Volé, est une sorte de polar baroque construit autour d’une querelle imaginaire. Son objectif : dévoiler un mystère politique à partir d’une série incomplète de tableaux figuratifs. Sa méthode : les reconstituer au moyen de la technique du tableau vivant et laisser un commentateur les parcourir, franchissant avec désinvolture la frontière entre le dedans et le dehors des œuvres.

« Scénario du film « Passion », en abrégé, ce pourrait être : Jean-Luc Godard interprétant le rôle de Vélasquez dans Les Ménines vu par Friedrich à travers les Mille yeux du Dr. Mabuse. Au fond à droite, en retrait par rapport à l’écran principal, une image scintille, parente des miroirs convexes dans lesquels se réfléchit la peinture hollandaise, et davantage encore de celui qui organise le subtil relais des regards dans Les Ménines. Nul miroir cependant n’abîme ce plan-ci, car l’enclave est un retour vidéo permettant au cinéaste de contrôler les « vagues » d’images qui apparaissent successivement à l’écran – les unes par-dessus les autres, les siennes par-dessus celles des maîtres admirés.» 1 VERRAES Jennifer, « Le musée mis à nu par le cinéma même (JLG) », Cinéma muséum, Barbara Le Maître et Jennifer Verraes (dir.), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2013, p.57

Dans les deux œuvres, la circulation dans l’espace des images est un moyen de connaissance, notamment du cinéma. Si dans L’Hypothèse le collectionneur entre et sort des tableaux dans le but d’éclaircir l’énigme de l’intrigue ; dans le Scénario du film Passion, le cinéaste, sans jamais sortir de son atelier de montage, et en profitant des procédés de la vidéo, cherche pour sa part à faire dialoguer (par juxtaposition, par surimpression) des images apparemment distinctes dans l’espoir de faire surgir du sens. Dans les deux cas c’est la même fonction du cinéma qui s’impose : agir comme un pont reliant le monde extérieur – et donc ouvert, infini – de l’exégèse esthétique à l’univers intérieur – clos, mais, par là même, énigmatique – des images.

Ignacio Albornoz Farina

Les commentaires sont clos.