At Land / Alice

At Land
1946 – USA
15′ – N&B – Muet – 16mm
Réalisation : Maya Deren
Scénario : Maya Deren
Avec : John Cage, Maya Deren, Alexander Hammid
Alice (Neco z Alenky)
1988 – Tchécoslovaquie
86' – 1,37:1 - Couleur - Mono - 35mm
Date de sortie Tchécoslovaquie : 1 novembre 1990
Date de sortie France : 7 septembre 2011
Réalisation : Jan Svankmajer
Scénario : Jan Svankmajer d'après le roman de Lewis Carroll
Image : Svatopluk Malý
Avec : Kristýna Kohoutová, Camilla Power
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0095715
Projection au ciné-club le 07/02/2018

D’inspiration surréaliste, cette séance invite à entrer dans des mondes où les espaces intérieurs comme extérieurs se dérobent, se transforment, s’emboitent et où les distances s’allongent et se rétrécissent. Des espaces dans lesquels, et entre lesquels, s’enchaînent, comme dans un rêve, les mouvements chorégraphiés du corps des héroïnes, qui regardent avec étonnement et stupéfaction les manifestations sensibles du monde.

Dans At Land, réalisé par Maya Deren en 1944, une jeune femme émerge de l’eau et entreprend un chemin fragmenté entre différents espaces et temporalités, sorte de voyage spatio-temporel, avant de retourner à la mer. En développant le concept de forme temporelle plus proche de la musique ou de la danse, Maya Deren se préoccupe « d’émanciper la caméra de la tradition théâtrale (…) » et de travailler « à faire sortir le danseur hors du théâtre et à lui offrir le monde comme plateau » 1DEREN Maya, « Choreography for the Camera », Dance, octobre 1945, réédité dans Film Culture, n°39, hiver 1965, p.3.

Un voyage qu’effectue également la jeune Alice, en se lançant à la poursuite du lapin blanc. En réalisant en 1988 Alice, libre adaptation de l’œuvre de Lewis Carroll, Jan Svankmajer, artiste protéiforme, utilise l’introspection pour organiser ici un récit à tiroirs au cours duquel les collages-montages ne cessent de bouleverser la temporalité du récit et la géographie des espaces.

Entre l’animé et l’inanimé, entre rêve et logique, la perméabilité entre le monde rationnel et sa dimension fantastique est grande 2JODOIN-KEATON Charles, Le cinéma de Jan Svankmajer – un surréalisme animé, Ed. Rouge Profond, 2011, p.45 mais pour la voir, comme nous le conseille Alice, « il faut fermer les yeux, ou sans cela vous ne verrez rien du tout ».

Garance Rigoni

Les commentaires sont clos.