The Plague Dogs

1982 – Royaume-Uni
103' – Couleur - Dolby - 35mm
Date de sortie Royaume-Uni : 21 octobre 1982
Date de sortie France : 4 avril 2012
Réalisation : Martin Rosen
Scénario : Martin Rosen
Musique : Alan Price, Patrick Gleeson
Animation : Brad Bird, Tony Guy
Avec : (voix) John Hurt, Patrick Stewart, Christopher Benjamin, James Bolam
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0084509/
Projection au ciné-club le 08/03/2017

The Plague Dogs, le long métrage d’animation britan­nique réalisé en 1982 par Martin Rosen, ne sort en France qu’en 2012. Trente ans plus tard, les français découvrent donc « un film déchirant, très sombre et d’une infinie tristesse » (1).

Cette adaptation cinématographique du roman éponyme de Richard Adams paru en 1977 raconte l’escapade de deux chiens, enfuis d’un laboratoire de recherche du Royaume-Uni.
Un an après la sortie du Rox et Rouky de Disney, Mar­tin Rosen propose une aventure de chiens en cavale bien plus sombre. Sous ses airs de dessin-animé pour enfants, le film est en fait une critique acerbe de la maltraitance des hommes à l’endroit des animaux. Retraçant leur échappée dans le monde chaotique des humains, le spectateur est condamné à suivre une lutte désespérée pour la survie.
La musique électronique et dissonante de Patrick Glee­son (musicien de la bande originale d’Apocalypse Now) aug­mente la tristesse et le désarroi devant le sort réservé aux deux protagonistes : Martin Rosen la voulait « aussi dissonante que le bruit des ongles sur un tableau noir » (2) . D’une façon originale et inattendue une résistance qui n’est pas propre à l’homme et s’étend aussi aux animaux est dépeinte, une manière de secouer le spectateur face à des thématiques peu abordées : Snitter et Rowf « deux chiens de l’Apocalypse » (3).

Anastasia Blay
(1) PERE, Olivier, « The Plague Dogs de Martin Rosen », Blog Arte France, avril 2012,
(2) MERCIER, Frédéric, « Entretien avec Martin Rosen », Cahiers du cinéma, avril 2012
(3) SOTINEL, Thomas, « The Plague Dogs de Martin Rosen », Le Monde, avril 2012

Les commentaires sont clos.