Miso et Maso vont en bateau / Sois belle et tais-toi / SCUM Manifesto

Miso et Maso vont en bateau
1975 – France
55′ – N&B – Sonore
Réalisation : Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig, Nadja Ringart, Ioana Wieder
Avec : Françoise Giroud, Bernard Pivot, Louis Féraud, José Artur
Sois belle et tais-toi
1976 – France
Extraits – N&B – Sonore
Réalisation : Delphine Seyrig
Avec : Maria Schneider, Rita Renoir, Jenny Agutter, Anne Wiazemsky, Jane Fonda
SCUM Manifesto
1976 – France
30′ – N&B – Sonore
Réalisation : Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig
Avec : Delphine Seyrig
Projection au ciné-club le 15/03/2017

Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig, véritables pion­nières dans le champs de la vidéo militante des années 1970, n’ont cessé de donner la parole aux opprimé(e)s en associant l’analyse marxiste et la revendication féministe.

C’est parce qu’il est question dans ce combat féministe de résister aux représentations aveuglantes que les quatre mi­litantes et réalisatrices, Carole Roussopoulos, Nadya Ringart, loana Wieder et Delphine Seyrig, opèrent au remontage d’une émission de Bernard Pivot intitulée L’année de la femme… Ouf c’est fini! Elles la rebaptisent Miso et Maso vont en bateau. Dans ce contre-champ télévisuel, elles donnent à voir avec humour et distance critique, la complicité et la rhétorique que partage Ma­dame Giraud, dite « Maso», et ses frères de classe, les « Miso ». Elles mettent en lumière la passivité étonnante, ou la stratégie, d’une ministre pourtant féministe, face à des propos méprisants et profondément misogynes.

Dans Sois belle et tais toi, réalisé par la comédienne Del­phine Seyrig, les visages et la parole, à nouveau, constituent l’écriture audio-visuelle. Des entretiens face caméra, y révèlent la réalité du merveilleux monde des artisans de paillettes.
Enfin, dans SCUM Manifesto, elles mettent en scène en 1976 le texte sulfureux de Valérie Solanas (1967) qui n’a pas en­core trouvé d’éditeur en France. L’œuvre coup de poing est un dispositif liant le son du clavier d’une machine à écrire à la voix de Delphine Seyrig, lisant le texte SCUM, et à une télévision positionnée en arrière plan montrant des images de guerres et d’hommes de pouvoir.

Fatima Kaci

Les commentaires sont clos.