À bientôt j’espère / La Charnière / Classe de lutte

À bientôt j’espère
1968 – France
43′ – N&B – Sonore
Réalisation : Chris Marker, Mario Marret
Image : Pierre Lhomme, Antoine Bonfanti, Paul Bourron, Harald Maury, Bruno Muel
La Charnière
1968 – France
13′ –  Sonore
Enregistrement et montage : Antoine Bonfanti
Classe de lutte
1969 – France
40′ – N&B – Sonore
Réalisation : Groupe Medvekine de Besançon
Projection au ciné-club le 26/04/2017

« Le cinéma n’est pas une magie, c’est une technique et une science, une technique née d’une science et mise au service d’une volonté : la volonté qu’ont les travailleurs de s’émanciper » (1 ). Alors qu’en hiver 1967, Chris Marker est invité à l’usine Rhodia de Besançon, occupée depuis peu, il tourne À bientôt j’espère, un film engagé, donnant la parole à des ouvriers gré­vistes invisibilisés par le média télévisuel. Quelques mois plus tard, toujours à Besançon, les ouvriers accueillent le film avec réserve. ils le considèrent trop romantique car il tend à « idéa­liser la grève au dépend de l’action militante quotidienne » (2).

Une discussion entre Marker et les ouvriers, enregistrée par l’ingénieur du son Antoine Bonfanti donnera lieu au film sans image La Charnière. Cet enregistrement témoigne d’une prise de conscience nécessaire: « le véritable cinéma prolétarien ne peut être que l’œuvre de prolétaires eux-mêmes » (3). Les ouvriers décident alors de s’approprier les modes de production du ciné­ma et créent le Groupe Medvedkine auquel Chris Marker, Joris Ivens, Jean-Luc Godard ou encore René Vautier participeront.

Premier film du collectif de cinéastes ouvriers, Classe de lutte, réalisé en 1968, dénote un basculement important entre cinéma engagé et cinéma militant. Alors que dans À bientôt j’espère, l’ouvrier constate avec amertume le caractère invivable de sa condition, Classe de lutte suit Suzanne Zedet, employée à l’usine Yema qui fait ses classes dans le militantisme. Malgré les mesures d’intimidations du patronat, elle se bat, car c’est la seule alternative qui lui reste. Ce film, premier d’une série de quatorze, utilise le cinéma de par cette expérience collective et militante comme un outil de résistance au service de la classe ouvrière.

C.P.
(1) dans Groupe Medvedkine, Classe de lutte, 1969
(2) BAROT Emmanuel, Camera Politica, dialectique du réalisme dans le cinéma militant, Paris, Vrin, 2009
(3) dans Antonio Bonfanti, La Charnière, 1968

Les commentaires sont clos.