Invasión

1969 – Argentine
121' – N&B - Mono - 35mm
Date de sortie Argentine : 16 octobre 1969
Date de sortie France : 20 janvier 1971
Réalisation : Hugo Santiago, Jorge Luis Borges, Adolfo Bioy Casares
Scénario : Hugo Santiago
Musique : Edgardo Canton
Image : Ricardo Aronovich
Avec : Lautaro Murúa, Olga Zubarry
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0064490
Projection au ciné-club le 26/10/2016

Dans une ville fantomatique du nom d’Aquilea, une poignée d’hommes résiste contre une armée qui tente de les envahir. Ils lutteront jusqu’à la fin sans soupçonner que leur combat est infini.

C’est à partir de ces lignes que Jorge Luis Borges et Adolfo Bioy Casares travaillèrent sur le scéna­rio d’Invasión, fresque de plus de deux heures, oscillant entre le film noir, le thriller d’anticipation et la science-fiction. Le film ne s’appuie pas sur un contexte politique précis, mais travaille sur l’universalité de son sujet et construit une allégorie de la Résistance. L’espace est matérialisé par des cartes et des coordonnées graphiques et abstraites qui donnent au film « sa dimension de fable universelle » (1). Les héros d’Invasión sont tout aussi paradoxaux et énigmatiques que leurs ennemis. « Il ne s’agit pas de vaincre ou d’être vaincu. L’affrontement se pose en d’autres termes : c’est un exercice de persévérance » (2).

À travers ce récit métaphorique, Santiago dresse le portrait de résistants tragiques, pris dans une spirale infinie de lutte contre une invasion inévitable. L’histoire du film relève aussi d’une forme de résistance contre la censure. Le film est interdit en 1978 par les militaires au pou­voir en raison des « scènes de torture, sorte de pré-générique de l’horreur qu’ils font régner alors sur le pays » (3). Ils mettent la main sur huit des douze bobines originales et les font dispa­raître « comme de vulgaires prisonniers politiques, les desapare­cidos » (4). A partir de copies, Santiago parvient à remonter le film pour une ressortie internationale en 2002, saluée par la critique.

Mona Journo
(1) GORIN François, Télérama, 19 octobre 2002
(2) Traduction personnelle du texte original : « No se trata de vencer oser derrotado. El enfrentamiento se plantea en otros terminos ; es un ejercicio de perseverancia. », O. OUBINA, El cine de Hugo Santiago, Ediction nuevos tiempos, 2002, p. 76
(3) WAINTROP Edouard, Libération, 09 octobre 2002
(4) Ibid.

Les commentaires sont clos.