Vues du catalogue Lumière

n°381 – Les Pyramides (vue générale)
Alexandre Promio / Guisèh, Egypte
12 mars 1897 – 10 avril 1897
n°450 – Toilette d’un négrillon II
Inconnu / Tournage à Lyon, Perrache, cours du Midi
8 mai 1897
n°351 – Repas d’Indiens
Gabriel Veyre / Mexico, Mexique, Popotla, arbre de la Noche Triste
Août – Septembre 1896
n°1387 – Biskra : Une noce indigène
Alexandre Promio / Biskra, Algérie
Avril 1903
n°1027 – Japonaise faisant sa toilette
Gabriel Veyre / Tokyo, Japon
25 octobre 1898 – 2 mars 1899
n°1270 – Fumerie d’opium
Gabriel Veyre / Annam, Indochine française
8 avril 1903 – 2 mai 1900
n°389 – Bourricots sous les palmiers
Alexandre Promio /Devant la statue de Ramsès II, Sakkarah, Egypte
12 mars – 10 avril 1897
n°1296 – Le village de Namo : Panorama pris d’une chaise à porteurs
Gabriel Veyre / Village de Namo
24 janvier – 14 février 1900
Projection au ciné-club le 14/10/2015

Les images animées ont donné d’emblée une sensation inédite de réalité aux premiers spectateurs de la fin du XIXème siècle. Les vues de l’appareil baptisé «cinématographe» s’offraient au regard sous la forme d’évènements soudains, et apportaient, avec l’enregistrement de la durée, un supplément de vision aux vues fixes.

« Cette machine à refaire la vie dont on assimile les vues à des décalques de la réalité », saisit « l’extraordinaire dans l’ordinaire » . La caméra est placée précisément à l’endroit adéquat pour pouvoir cadrer des plans remarquables. Mais les impressions ordinaires suscitent la soif de sensations nouvelles et inattendues. Les frères Lumière envoient alors leurs opérateurs, parcourir le monde avec le cinématographe pour saisir les moments forts de leurs voyages. Une grande diversité de sujets sont ainsi traités, du paysage au document « anthropologique », qui montrent les populations dans leur environnement.

La soif d’un exotisme bien colonial amène aussi à filmer ces populations en France, notamment lors des Expositions Universelles de Paris, où leurs « milieux » sont reconstitués.

Eriko Murofushi

Les commentaires sont clos.