Blow Up

1966 – Grande-Bretagne/Italie
111' – 1,66:1 - Couleur - Mono - 35mm
Date de sortie France : 24 mai 1967
Réalisation : Michelangelo Antonioni
Scénario : Michelangelo Antonioni, Tonino Guerra, d’après la nouvelle Las Babas del diablo de Julio Cortàzar
Musique : Herbie Hancock
Image : Carlo Di Palma, Alfio Contini
Avec : David Hemmings, Vanessa Redgrave, Sarah Miles, John Castle
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0060176/
Projection au ciné-club le 28/10/2015

Blow-up est un film entièrement tourné vers le concept de vision : Antonioni offre plusieurs pistes de réflexions sur ce sujet, à travers le problème de, pour reprendre ses propos, « voir juste ou ne pas voir la juste valeur des
choses » (1).

Thomas, est photographe. Après avoir capturé quelques clichés d’un couple enlacé dans un parc il découvre, dans ses propres images, par la technique de l’agrandissement (en anglais : blow- up), un cadavre. Cette découverte provoque en lui une véritable « fascination, qu’exerce le fait de voir, de montrer et surtout de révéler une partie de la réalité » (2). Thomas devient un voyeur au-delà du simple exhibitionnisme – les modèles nues posant pour le photographe pouvant être perçues comme tel – en cherchant à « voir autrement ». Il cherche « à voir au-delà de l’objet et à percevoir l’invisible » (3).

Ainsi, « voir juste » nécessiterait une déformation de l’objet perçu, celui-ci étant, d’une manière générale, la réalité. Antonioni souhaitait justement « recréer la réalité sous une forme abstraite » (4). Or le phénomène de l’agrandissement, parce qu’il permet « d’exploser la vision » (5) redonne à la réalité toute son abstraction. C’est bien une photographie abstraite que l’on obtient, après l’avoir agrandie à son maximum, mais c’est précisément elle qui révèle « la face cachée ou l’invisible essence » (6) de la réalité, que l’œil humain ne parvient pas toujours à percevoir mais que la caméra d’Antonioni révèle.

Anouk Levoyer
(1) et (4) BJOKMAN Stig, « Antonioni à la mode anglaise », in Les Cahiers du cinéma, n°186, janvier 1967, p. 14.
(2) MOULLET Luc, « Blow up de Michelangelo Antonioni, Grande-Bretagne », in Les Cahiers du cinéma, n°191, juin 1967, p. 48.
(3) MANDOLINI Carlo, « Blow up : ouvrir les yeux », in Séquences : la revue de cinéma, n°251, 2001, p. 25.
(5) ROBIC Jean-François, Blow up, une seconde vue : essai sur la complexité filmique, Collection « Esthétiques », ed. L’Harmattan, Paris, 2012, p. 188.

Les commentaires sont clos.