L’Homme qui tua Liberty Valance

The man who shot Liberty Valance
1961 – USA
123' – 1,85:1 - Couleur - Mono - 35mm
Date de sortie France : 3 octobre 1962
Réalisation : John Ford
Scénario : James Warner Bellah, Willis Goldbeck, Dorothy M. Johnson
Musique : Cyril J. Mockridge
Image : William H. Clothier
Avec : John Wayne, James Stewart, Lee Marvin, Vera Miles, Edmond O’Brien, Andy Devine, John Carradine ...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0056217/
Projection au ciné-club le 05/11/2014

L’Homme qui tua Liberty Valance est l’avant dernier western de John Ford, l’un des réalisateurs hollywoodiens maîtrisant le mieux ce genre cinématographique. Ayant auparavant mis en scène des chefs-d’oeuvre comme La Diligence, La Prisonnière du désert, La Poursuite infernale, Jacques Lourcelles considère L’Homme qui tua Liberty Valance comme son « véritable testament » (1). De par ce constat, ce western s’affirme légendaire.

L’autre aspect remarquable – et plus célèbre – apparaît dans l’intrigue, racontée par Ransom Stoddard (James Stewart). Ce récit transmet la véritable histoire de la fabrication de la figure légendaire de Stoddard lui-même. Sa version contredit la légende selon laquelle il est l’homme qui tua Liberty Valance. La réplique emblématique « Quand la légende devient la réalité, on imprime la légende », résume la confrontation deux visions du monde en jeu dans cette oeuvre, au terme de quoi l’une finira par écraser l’autre. A travers ce film, John Ford dresse le bilan amer d’une civilisation qui ne se construit que sur des légendes. Les faits historiques et les productions légendaires se confondent pour ériger la grande Histoire, thème majeur du western, que L’Homme qui tua Liberty Valance synthétise.

Liciane Timoeo de Mamede
(1) Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinema, Robert Laffont, Paris, 1999, p.70.

Les commentaires sont clos.