Les Contes de la lune vague après la pluie

 Ugetsu monogatari
1953 – Japon
97' – 1,37:1 - N&B - Mono - 35mm
Date de sortie Japon : 26 mars 1953
Réalisation : Kenji Mizoguchi
Scénario : Matsutarô Kawaguchi, Yoshikata Yoda, d'après le roman de Akinari Ueda
Musique : Fumio Hayasaka, Ichiro Saito
Image : Kazuo Miyagawa
Avec : Kyô Machiko, Tanaka Kinuyo, Ozawa Sakae, Ikio Sawamura, Mito Mitsuko, Môri Kikue...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0046478/
Projection au ciné-club le 18/02/2015

Les Contes de la lune vague après la pluie se déroule à la fin du seizième siècle. Deux hommes pauvres essaient, à la faveur de la guerre et de la confusion des esprits, d’accomplir leurs désirs : Tobei ment pour obtenir la gloire – devenir un samouraï -, et Genjuro, cherchant la richesse, tombe sous le charme de la Princesse Wasaka, quittant femme et enfant sans savoir qu’elle n’est qu’un fantôme. Les deux hommes subiront alors les conséquences de leur trahison et de leur démesure.

D’abord légende historique, « c’est le temps héroïque aux lourdes armures des samouraïs où […] de belles dames-fantômes […] prennent forme ou disparaissent […] le film débouche ainsi soudain sur le monde ensorcelé d’un Méliès » (1) que Mizoguchi met en scène avec élégance. Ce flottement des univers « aux confins du réel et de l’irréel » (2). chronique les illusions et les rêves des personnages en errance, précipitant leur espérance avide vers la tragédie et le repentir.

Ce conte à la morale amère, a contribué à la connaissance en Occident du cinéma japonais, le faisant entrer parmi les classiques du cinéma fantastique japonais.

Xue Qi
(1) Lotte H. Eisner, « En marge du festival de Venise », In Les Cahiers du Cinéma n°28, novembre 1953, p.37.
(2) André Bazin, Michel Mayoux, Jean-José Richer, « Petit dictionnaire pour Venise »,
In Les Cahiers du cinéma n°27, octobre 1953, p.07.

Les commentaires sont clos.