Moi, un Noir

1958 – France
72' – 1:37 - Couleur - Mono - 35mm
Date de sortie France : 12 mars 1958
Réalisation, Scénario, Image : Jean Rouch, Edgar Morin
Musique : Yapi Joseph Degré
Avec : Oumarou Ganda, Petit Touré, Alassane Maiga, Gambi...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0051942/
Projection au ciné-club le 07/05/2014

Moi, un Noir transcrit le quotidien de deux émigrés nigériens, Edgar G. Robinson et Eddie Constantine, qui habitent le quartier bouillonnant de Treichville, à Abidjan en Côte d’Ivoire. La recherche de travail et d’argent, les moments de joie passés à la plage ou au dancing le week-end, sont enregistrés sans artifice.

Jean Rouch utilise une caméra légère, développant le concept de « ciné-transe »« la caméra devient aussi vivante que les hommes qu’elle filme » (1), ainsi qu’un magnétophone portatif qui capture l’environnement sonore brut. Sa défectuosité oblige une re-sonorisation en studio, qui inaugure un nouveau procédé appelé « commentaire en direct », consistant à enregistrer les commentaires des interprètes visionnant les rushes, puis à les ajouter à la bande son.

Cinéaste anthropologue, Rouch outrepasse les genres du documentaire et de la fiction ; « la simple perspective du tournage avait déjà catalysé, chez les protagonistes du film, le jeu de l’être et du paraître […] : ils voulaient « faire du cinéma ». Aussi se choisirent-ils des surnoms aussi cinématographiques que possible : E.G. Robinson, Eddie Constantine, Dorothy Lamour… » (2). Sous une identité de fiction cinématographique s’esquisse un portrait imprégné de réalité, baptisé « cinéma-vérité ». Les sujets filmés brossent eux-mêmes leur portrait subjectivement : « Les acteurs parlent en leur nom propre, disent leur vie et leur rêves, mais aussi regardent au-delà de l’écran vers le spectateur qui les attend quelque part » (3). Sadoul soulignera l’importance de « cette déroutante épopée (qui) malgré les sévères censures (…) fait entendre la voix des peuples africains en plein essor, en plein éveil » (4).

Alice Monsonis et Diana Santamaria
(1) Jean Rouch, « La Caméra et les Hommes », in Pour une anthropologie visuelle, recueils d’articles publiés sous la dir. de C. de France, Cahiers de l’homme, 1979, p.63.
(2) Michel Delahaye, « La règle du Rouch » in Cahiers du Cinéma, nº 120, juin 1961, p.3.
(3)Marc-Henri Piault, Anthropologie et Cinéma, Nathan/HER, 2000, cité dans Découvrir les films de Jean Rouch : collecte d’archives, inventaire et partage, CNC, Paris, 2010, p.64
(4) Georges Sadoul, « Treichville prix Delluc 1958 : Première étape d’un cinéma noir africain », Les lettres françaises , 18 décembre 1958.

Les commentaires sont clos.