Le Portrait de Dorian Gray

The Picture of Dorian Gray
1945 – USA
110' – 1,37:1 - N&B / Technicolor - Mono
Date de sortie USA : 3 mars 1945
Date de sortie France : 1 juin 1947
Réalisation : Albert Lewin
Scénario : Albert Lewin, d'après le roman éponyme d' Oscar Wilde (1890)
Musique : Herbet Stothart
Image : Harry Stradling
Avec : George Sanders, Hurd Hatfield, Donna Reed, Angela Lansbury, Peter Lawford, Lowell Gilmore...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0037988/
Projection au ciné-club le 23/10/2013

Publié en 1890, Le Portrait de Dorian Gray est l’unique roman de l’auteur irlandais Oscar Wilde. Les nombreuses adaptationsfilmiques, télévisuelles et théâtrales ont contribué à la renommée du roman. Lorsque Albert Lewin en réalise l’adaptation cinématographique en 1945, le cinéaste a successivement été assistant de King Vidor, scénariste à la MGM et producteur à la Paramount de plusieurs films dans les années 30. Après avoir incarné le peintre Gauguin dans The Moon and Sixpence (1942), premier long métrage de Lewin, Georges Sanders « devient pleinement le héros lewinien dans le rôle du viveur dandy et pervers qu’est le lord Wotton » (1).

Lewin se confronte aux enjeux de l’adaptation littéraire puisque dans le roman, « la plupart des passages portant sur le portrait ne donne aucune description de l’image peinte » (2). Le cinéaste consacre quatre séquences en Technicolor au tableau représentant Dorian : « en utilisant la couleur pour traduire la magie du portrait, Lewin suggère que les innovations technologiques et artistiques de l’industrie du cinéma sont des moyens particulièrement efficaces pour exprimer cette force surnaturelle » (3).

Pour correspondre aux exigences hollywoodiennes, il se voit contraint de supprimer « la lutte (…) entre Lord Henry et Basil pour les faveurs de Dorian » (4) car « The Motion Picture Association of America ne pouvait que se montrer particulièrement exigeante sur un plan moral quant à l’adaptation du roman d’un auteur aussi sulfureux » (5).

Remportant l’oscar de la meilleure photographie en 1946, ce film est « une reconstitution exacte de l’atmosphère et du climat de l’Angleterre victorienne, (…) une oeuvre capable de retrouver dans des images et des éclats lyriques et délirants ou un raffinement jamais gratuit, le ton et l’univers d’Oscar Wilde » (6).

Emilie Guillemain
(1) J. Magny, «All about Albert Lewin ?», Cah. du Cinéma, n°499, fév. 1996, p.11.
(2), (3), (4) et (5) Laurent Mellet, Etudier l’adaptation filmique, Cinéma anglais,
Cinéma Américain, Universitaires de Rennes, 2010, p. 85 à 90.
(6) Joël Magny, Cinéma, n°265, janvier 1981, p.106.

Les commentaires sont clos.