Une Femme disparaît

The Lady vanishes
1938 – Grande Bretagne
97' – 1,37:1 - N&B - Mono - 35mm
Date de sortie Grande Bretagne : 7 octobre 1938
Date de sortie France : 26 mars 1952
Réalisation : Alfred Hitchcock
Scénario : Sidney Gilliat et Frank Launder d’après The Wheel spins d’Ethel Lina White
Musique : Cecil Milner
Image : Jack E. Cox
Avec : Margaret Lockwood, Michael Redgrave, Paul Lukas, May Whitty, Cecil Parker...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0030341/
Projection au ciné-club le 12/12/2012

Une Femme disparait est considéré comme le point final de la période anglaise d’Hitchcock. La petitesse du studio dans lequel il tourne l’incite à innover dans de nouvelles techniques : transparences, maquettes, accessoires agrandis.

«Comédie policière » (1), « comédie d’espionnage » (2), l’histoire s’inspire d’une légende située dans les années 1880 : une mère disparait lors d’un voyage à Paris, sa fille la cherche, mais tout le monde ignore le fait même qu’elle ait existé. Hitchcock exploite cette idée de disparition avec celle de l’invraisemblance, dont il « tire le meilleur parti (…) sur le plan de l’humour [et] des rapports du fantastique et du réel. » (3) Aucun personnage n’échappe à ces ambiguïtés : Hitchcock utilise le décor d’un train, lieu clos, pour mettre en scène la disparition inexpliquée d’une vieille dame, Miss Froy. Iris Henderson, une voyageuse qui vient de faire sa connaissance, la cherche désespérément, les voyageurs lui assurent avec indifférence et mépris ne jamais l’avoir vue. Mais Gilbert, un homme à l’opposé d’Iris, va l’aider dans ses recherches. Différentes péripéties vont peu à peu changer la personnalité de la jeune femme. Triste et emprunte au doute, elle s’anime d’une « force nouvelle qui alimente sa propre détermination. » (4)

Des jeux entre disparition et apparition font naître entre eux une certaine complicité, sous les yeux d’un prestidigitateur suspect. Dans ce train mystérieux rien ne semble définitivement acquis et Hitchcock s’en amuse, confrontant « réalité stable et réalité fuyante. » (5)

Léa Dupouy
(1) TRUFFAUT François, SCOTT Helen, Hitchcock Truffaut, Paris, Editions Gallimard, 2003, p.96.
(2) (5) CLAUDE Jean-Philippe, « Une Femme disparait », Télérama, 19/08/1963.
(3) AUBRIANT Michel, « Une Femme disparait », Paris Presse, 16/11/1960.
(4) AGNEL Aimé, Hitchcock et l’ennui, une psychologie à l’oeuvre, Paris, Ellipses, 2011, p.33.

Les commentaires sont clos.