Sans toit ni loi

1985 – France
105' – 1,66:1 - Couleur - Mono - 35mm
Date de sortie France : 4 décembre 1985
Réalisation : Agnès Varda
Scénario : Agnès Varda
Musique : Joanna Bruzdowicz
Image : Patrick Blossier
Avec : Sandrine Bonnaire, Macha Méril, Stéphane Freiss, Yolande Moreau...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0089960/
Projection au ciné-club le 30/11/2011

Après avoir entendu un fait divers raconté par un gendarme, Agnès Varda décide d’écrire la « chronique de quelques jours de la vie d’une routarde. » (1) Plus tard, elle ramasse « une fille brune, très jeune , avec un énorme sac à dos (…) seule, sale et rebelle. » (2) C’est décidé, elle sera Mona, le personnage de son prochain film, Sans toit ni loi.

Menant une véritable enquête , elle raconte que « l’écriture du film s’est faite grâce à des rencontres », elle prenait « des photos, dressai(t) la liste de ceux que la vagabonde pouvait rencontrer dehors : cantonniers, élagueurs , bergers, maçons, pompistes … » (3) Mona est un personnage solitaire, qui « fait sa route à la marge des marginaux » (4) parce que comme elle le dit, « seule c’est bien. » Les derniers jours de sa vie sont retracés grâce aux témoignages des personnes à l’avoir croi­sée.

Mona est « bouleversante, telle qu’elle même, autistique, à la fois hors du monde et partie prenante de l’univers » (5), « on tremble pour ce personnage qui vit intensément l’ins ­ tant mais reste indifférent à son destin. » (6) Sandrine Bon­naire interprète Mona: « pendant une heure et demie, nous la voyons marcher, manger, aimer et dormir. Le film se nourrit de sa substance et chaque mètre de la pellicule allonge son mystère. » (7)

Ce film fut un succès commercial rassemblant plus d’un million de spectateurs, parmi eux , « des semi-clo­chards (qui) se sont reconnus dans le film » (8), touchant di­rectement les personnes dont il dépeint la vie.

Céline Pluquet
(l) Claude-Marie Trémois, « Il faut provoquer le hasard », Télérama, 12/06/1985
(2) et (3) Agnès Varda, Varda par Agnès, Editions Cahiers du Cinéma et Ciné Tamaris, Paris, 1994, p. 167 et 166.
(4) Serge Toubiana, « L’ombre d’un doute », Cahiers du Cinéma n°376, octobre 1985, p. 11.
(5) Claude Baignères, « Une ambiance », Le Figaro, 4/12/1985.
(6) Olivier Dazat « Papa Pialat et Maman Varda », Le Nouvel Observateur, 29/11/1985.
(8) Propos d’Agnès Varda, recueillis par Pascal Mérigeau, Le Nouvel Observateur, 18/12/2004.

Les commentaires sont clos.