Raging Bull

1980 – USA
129' – 1,85:1 - N&B / Couleur - Dolby - 35mm
Date de sortie USA : 14 novembre 1980
Date de sortie France : 25 mars 1981
Réalisation : Martin Scorcese
Scénario : Paul Shrad­er, Mardik Martin d'après l'autobiographie de Jake La Motta
Musique : Pietro Mascagni
Image : Michael Chapman
Avec : Robert De Niro, Cathy Mori­ arty, Joe Pesci, Frank Vincent...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0081398/
Projection au ciné-club le 11/01/2012

Adapté de l’autobiographie de Jake La Motta, légende de la boxe et champion du monde en 1949 face à Marcel Cerdan, Raging Bull, réalisé par Martin Scorsese, n’est pourtant pas, selon son auteur, un film sur la boxe : « La boxe ne m’inté­resse pas. Ceux qui pensent que j’ai fait un film sur la boxe se trompent énormément. C’est un film brutal, bien sûr, mais c’est une brutalité présente sur le ring, tout aussi bien que dans une chambre ou un bureau. » (1)

Contrairement à Nous avons gagné ce soir, dont l’enjeu repose sur un seul match, ici c’est la vie d’un homme, interprété par Robert De Niro, qui est mise en avant, et les rencontres sportives sont des prétextes pour laisser apparaître, comme dans Taxi Driver (1976) la noirceur de l’âme humaine : « La boxe a le même rôle métaphorique et métaphysique que le taxi : elle exprime identiquement la solitude, l ‘identité tragique dont le sujet ne peut sortir. » (2) Le producteur du film, Irwin Winkler, souligne la fascination exercée par ce sport sur les spectateurs : « La raison du succès des films sur la boxe comme Rocky, The Champ ou d’autres encore c’est qu’il y a peu d’occasions dans notre société de voir David contre Goliath, un corps à corps. (…) Il n’y a pas d’autres sports où deux hommes se font face physiquement. Plus la société devient complexe plus les gens sont intéressés par cette forme d’engagement personnel. » (3)

Raging Bull est un film sur la survie d’un homme, dont le but est de « traverser l’enfer des combats et arriver à s’en sortir » (4), à défaut de comprendre le monde qui l’entoure.

Cécile Tourneur
(1) Propos de Martin Scorsese recueillis par Michel Boujut, «Caméra aux poings »,
Les Nouvelles Littéraires, n°277, 26/02 au 5/03 1981.
(2) Pascal Bonitzer, « La solitude sans fond», Cahiers du Cinéma n°321, mars 1981, p. 5.
(3) Propos d’Irwin Winkler, recueillis par Serge Toubiana et Olivier Assayas, « Profession : producteur »,
Le Journal des cahiers du Cinéma, n°13, mars 1981, p. III.
(4) Marie-Noelle Tranchant, « Le combat de Martin Scorsese », Le Figaro, 13/02/1981.

Les commentaires sont clos.