Comment j’ai appris à surmonter ma peur et à aimer Ariel Sharon

Eich Hifsakti L'fahed V'lamadeti L'ehov et Ari Sharon
1997 – Israël
61' – 4/3 - Couleur
Réalisation : Avi Mograbi
Image : Ran Carmeli, Yoav Gurfin­kel, Ronen Shechner
Avec : Avi Mograbi et Ariel Sharon
Projection au ciné-club le 02/05/2012

Avi Mograbi, cinéaste israélien né en 1956 à Tel Aviv, a découvert le cinéma dans la salle que dirigeait son père. Après des études de philosophie et les Beaux-Arts, il réalise son premier court métrage, Deportation (Gensh) en 1989, une fiction présentant le conflit israélo-palestinien de manière allégorique, thème central de son œuvre . Dans son premier long métrage, Comment j’ai surmonté ma peur et appris à aimer Ariel Sharon, réalisé en 1996, Avi Mograbi décide de « traquer son ennemi et se confronte malgré lui à la part séductrice de l’ex-premier Ministre » (1), Ariel Sharon.

Le film a été tourné en 1996 lors de la campagne électorale pour le parti de droite Le Likoud et son candidat Be­nyamin Nethanyaou. Au départ, le projet du film, explique Avi Mograbi, était de « faire « un documentaire de gauche » qui mette au grand jour le monstre qu’il est! Mais, pendant que je le filmais, il s’est montré très sympathique et il n’a pas laissé apparaître sa part démoniaque. Durant le tournage, j’ai com­pris que je pouvais risquer de tomber sous son charme, voire commencer à sympathiser avec lui. » (2)

Le film montre « les dangers de filmer son ennemi, et met en garde le public contre les personnes dangereuses qui se servent de leur charisme »(3) tout comme Jean-Louis Comolli l’a expérimenté avec Jean-Marie Le Pen en 1992: « cette « séduction » est celle qu’induit la relation documentaire avec l’ennemi [ …], lever la dimension humaine, et même très humaine d’un homme politique dont les crimes ne peuvent pourtant cesser de faire horreur. [ …] Com­ment haïr celui qu’on ne cesse de filmer ? » (4)

Maïlys Porracchia
(1) Pierre Eisenreich, « Tant qu’il y a de l’humour – Les documentaires d’Avi Mograbi», Positif n°553, Mars 2007, p. 97
(2) et (3) Propos d ‘Avi Mograbi recueillis par Pierre Eisenreich et Laetitia Mikles « En­tretien avec Avi Mograbi – Une provocation envers le documentaire », Positif n°553, Mars 2007 , p. 98 et 101
(4) Jean-Louis Comolli, « Après, avant l’explosion », Cahiers du Cinéma, n°606, Novembre 2005, p. 71.

Les commentaires sont clos.