L’Homme qui rit

The Man Who Laughs
1928 – USA
110' – 1,20:1 - N&B - 35mm
Date de sortie USA : 27 avril 1928
Réalisation : Paul Leni
Scénario : J. Grubb Alexander d’après le roman L’Homme qui rit de Victor Hugo
Image : Gilbert Warrenton
Avec : Conrad Veidt, Mary Philbin, Julius Molnar Jr., Olga Baclanova, Brandon Hurst, Brandon Hurs...
Fiche Imdb : http://www.imdb.com/title/tt0019130/
Projection au ciné-club le 10/11/2010

Paul Leni, d’abord décorateur (théâtre et cinéma), a participé au mouvement artistique Der Sturm en Allemagne comme peintre, au début des années 1910. Il devient réalisateur en 1916. Après le succès du Cabinet des figures de cire (1924), Carl Laemmle l’invite à Hollywood.

En 1927, fort de l’intérêt que suscite Notre-Dame de Paris (de Wallace Worsley), les studios Universal lui commandent l’adaptation d’un autre roman de Victor Hugo, L’Homme qui rit. Le film se démarque de l’histoire originale, bien que l’interprétation de Leni conserve « le même geste d’émancipation politique et [d’] émancipation esthétique » (1) qu’Hugo : il s’agit du « triomphe d’un pauvre [Gwynplaine] qui se révolte contre les puissants et d’un monstre qui trouve la rédemption dans l’amour et l’affirmation de son humanité. » (2)

Après avoir joué dans Le Cabinet du Docteur Caligari (de Weine), Conradt Veidt interprète le personnage de Gwynplaine : « on me plaint parce que je suis défiguré, mais on rit de ma grimace […]. Je l’ai joué pour ainsi dire, avec mes yeux. » (3) Les visages, celui défiguré de Gwynplaine, mais aussi ceux des autres personnages, pourtant indemnes, semblent être des masques, faux, figés et théâtraux. Dans un monde d’apparences, Gwynplaine tente de s’en libérer pour révéler son vrai visage. Son indépendance vis à vis de son origine aristocratique et des tentatives de séduction du pouvoir s’ancre dans sa fidélité et la dignité de ses compagnons du cirque.

La sortie de L’Homme qui rit est différée d’une année pour retravailler la bande musicale. L’arrivée du cinéma parlant et la mort prématurée de Leni, en 1929, ont contribué à l’oubli de ce film.

Marjorie Guillemin
(1) et (2) Mireille Gamel, « L’Homme qui rit de Paul Leni : L’émancipation du regard », CinémAction (Le Victor Hugo des cinéastes), n°119, 2006, p. 152 et p.147.
(3) Lucienne Escourbe, « Une visite à C. Veidt », Cinémagazine, n°3, 18/01/1929. Propos repris dans Freddy Buache « L’Homme qui rit », Anthologie du cinéma, n°33, 1968, p. 140.

Les commentaires sont clos.