Indépendance –> Exprmntl 3&4

EXPRMNTL 3
Thanatopsis
1962 – 5’20
Réalisation : Ed Emshwiller
Le Nez
1963 – 12′
Réalisation : Alexandre Alexeieff et Claire Parker
Scorpio Rising
1963 – 30′
Réalisation : Kenneth Anger
EXPRMNTL 4
Wavelenght
1966-67 – 45′
Réalisation : Michael Snow
Piece Mandala
1966 – 4’52
Réalisation : Paul Sharits
Ray Gun Virus
1966 – 14′
Réalisation : Paul Sharits
Projection au ciné-club le 23/03/2011

KNOKKE 1963-64 : LES LIGNES DE FRACTURE

EXPRMNTL 3 a trouvé sa forme avec une compétition plus resserrée de 107 films sur 464 reçus, une manifestation de musique sérielle et un colloque sur l’avant garde réunissant des auteurs du nouveau roman, de Tel Quel, de l’Oulipo. Parmi les invités figurent Jean-Luc Godard et Agnès Varda.

La censure de Flaming Creatures de Jack Smith détermine Jonas Mekas, membre du jury, avec James Broughton et Shirley Clarke, à démissionner et à créer les conditions pour faire mieux connaître le cinéma américain; en effet deux ans auparavant il a fondé avec un groupe de cinéastes la Film Maker’s Cooperative à New York, point de départ d’une organisation du cinéma indépendant – expérimental. Ces divers événements dessinent des lignes de fracture qui précisent les caractéristiques du cinéma expérimental.

Knokke 3 confirme l’essor des films indépendants expérimentaux avec de nouveaux et nombreux cinéastes américains, Robert Breer, Bruce Conner, Bruce Baillie, Ron Rice, Stan Brakhage, Marie Menken, tandis que Gregory Markopoulos avec Twice a man, Brian de Palma, Claes Oldenburg et Ed Emshwiller obtiennent des prix et Jack Smith pour Flaming Creatures le prix spécial. Parmi 15 films français sélectionnés dont ceux de Jean-Daniel Pollet, Michel Mitrani, Walerian Borowczyk, Jean-Claude Lubtchansky et Le Nez d’Alexandre Alexeieff et Claire Parker qui est récompensé.

Knokke 3 aura révélé une créativité et une diversité avec l’arrivée notamment de films allemands, japonais, autrichiens dont Schwechater de Peter Kubelka. Et malgré la confusion régnante, la différenciation du jeune cinéma poétique du cinéma indépendant – expérimental est entérinée. Enfin, dans le sillage de Flaming Creatures, la sexualité est prégnante et l’homosexualité présente, notamment dans les films de Brakhage et Anger, Markopoulos et Ron Rice. La reconstruction du cinéma indépendant – expérimental est avérée et l’action de Jacques Ledoux saluée.

KNOKKE 1966-67 : LA RUPTURE

Cette quatrième édition a été naïvement interprétée comme le passage du happening sur l’écran au festival comme happening. La concomitance des révoltes contre la guerre du Vietnam, d’une période de création cinématographique intense, et le développement du cinéma expérimental avec l’ouverture de coopératives aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, fait de Knokke 4 une édition bouillonnante. La sélection portant désormais sur les seuls films inédits et les nouveaux cinéastes, ne sont retenus en compétition que 90 films sur les 460 films reçus. C’est plus la qualité de l’effervescence que la force des films qui retient alors l’attention des commentateurs impréparés et dépassés, parmi lesquels ceux de Positif, des Cahiers du Cinéma rivalisent d’aveuglement péremptoire, attitude qui explique la faible représentation française, quatre cinéastes dont Marcel Hanoun et Martial Raysse. Pourtant une diversité de style se manifeste : la verve provocante des Belges, l’apparition de films allemands stricts de Werner Nekes et Dore O, Luc Mommartz, Birgit et Wilhelm Hein, l’élégie des Italiens Alfredo Leonardi, Tonino De Bernardini. Les films américains sont massivement présents avec des cinéastes consacrés comme Stan Vanderbeek, Gregory Markopoulos, James Broughton. L’ironie et la parodie joyeuses de Robert Nelson, des frères Kuchar dont les films sont primés, ainsi que ceux de Steven Dvoskin, américano-anglais, pour l’ensemble de son œuvre au raffinement sexuel certain. Martin Scorsese reçoit le prix de l’Age d’or. Mais ce sont Paul Sharits, avec Ray Gun Virus et Piece Mandala, non récompensés, et surtout Michael Snow pour Wavelength – qui reçoit le grand prix – qui sont remarqués. Leurs films ont modifié l’état du cinéma expérimental. Ils seront appelés « films structurels » ultérieurement par P.A.Sitney.

Claudine Eizykman

Les commentaires sont clos.