Indépendance –> Expérimental

Combat de boxe
1927 – 8′
Réalisation : Charles Dekeukeleire
L’Age de raison
1923 – 3′
Réalisation : Man Ray
Sur les bords de la caméra
1932 – 7’30
Réalisation : Henri Storck
Tusalava
1929 – 7′
Réalisation : Len Lye
Le Ballet mécanique
1924 – 17′
Réalisation : Fernand Léger
Une nuit sur le mont chauve
1933 – 9′
Réalisation : Alexandre Alexeieff
Abstract Film Exercices II, III & IV
1944 – 11′
Réalisation : John et James Withney
Fiddle-de-dee
1947 – 3’25
Réalisation : Norman Mc Laren
Fireworks
1947 – 14′
Réalisation : Kenneth Anger
At Land
1944 – 15′
Réalisation : Maya Deren
Clinic of stumble
1948 – 13′
Réalisation : Sidney Peterson
Projection au ciné-club le 24/11/2010

KNOKKE LE ZOUTE 1949

Le « festival international du film expérimental et poétique » EXPRMNTL ou KNOKKE aura été la manifestation exemplaire du cinéma d’avant-garde indépendant expérimental entre 1949 et 1975, période qui consacre le renouveau du cinéma indépendant – expérimental après celle des années 20 mais sous d’autres formes.
KNOKKE, pour la petite station balnéaire où se dérouleront quatre des cinq éditions, la deuxième en 1957 se tenant à Bruxelles.

EXPRMNTL pour Expérimental terme qui désigne le cinéma d’avant-garde aux Etats-Unis où il s’est particulièrement développé avec l’arrivée de l’avant-garde européenne à partir de la 2ème guerre mondiale.
Chaque édition comporte une compétition dont l’article 3 du règlement précise : « par film expérimental on entend toute oeuvre conçue pour le cinéma ou la télévision qui tente de renouveler ou d’élargir l’expression cinématographique ». Knokke a été conçu comme la condition de possibilité de rencontre et d’interrogation de et sur l’avant-garde artistique,
mais dont le cinéma occupait le centre : festival de films indépendants – expérimentaux, mais aussi manifestations de théâtre, musique, vidéo, environnements et colloques sur la création artistique constituèrent un milieu d’une richesse insurpassée. Ce fut l’oeuvre de Jacques Ledoux conservateur à vingt-huit ans en 1949 puis directeur de la Cinémathèque Royale de Belgique et de son équipe, fin connaisseur de tous les cinémas, pour qui le cinéma comme les autres arts devait être abordé à partir de ses créations les plus incisives.
Cette intense effervescence se termine en 1975 avec la 5ème édition. Les raisons invoquées à cet arrêt semblent nombreuses, financières, artistiques, voire un moindre intérêt pour les films politiques ou la question linguistique selon Henri Storck ; celle de l’organisation de plus en plus conséquente – plus de mille films à visionner pour l’édition 1974-75 – nous a été directement signifiée par Jacques Ledoux.
Il reste que Knokke, en rassemblant de nombreux films et de nombreux cinéastes inventifs, a joué un rôle déterminant dans le déploiement du cinéma indépendant – expérimental qui a fait défaut au tournant crucial de son essor en 74-75.

1949 : Knokke présente une vaste rétrospective de la tradition de l’avant-garde des années vingt et amorce un départ avec une compétition où sont montrés 73 films réalisés après 1940. le Canada avec dix films de Mc Laren, la France avec dix cinéastes dont Elie Lotar et Eugène Deslaw, l’Italie avec Luigi Veronesi et surtout les Etats-Unis avec trente-trois films confirment l’importance du cinéma indépendant – expérimental sur ce continent après la seconde guerre mondiale. Si la rétrospective ne comprend que des films expérimentaux, la compétition inaugure un spectre de positions expérimentales.

EXPRMNTL, l’oeil acéré et l’indépendance du cinéma selon Jacques Ledoux.

Claudine Eizykman

Les commentaires sont clos.